Cardio : 1ère implantation en France d’un stimulateur cardiaque de nouvelle génération

La première implantation en France d’un stimulateur cardiaque, sans sonde, a été réalisée au CHU de Grenoble sur un patient âgé de 77 ans par le Dr Pascal Defaye, responsable de l’unité de rythmologie. Une avancée majeure dans l’histoire de la stimulation cardiaque ! La procédure a duré environ 30 min. Aucun évènement lié à la procédure ou au matériel n’a été rapporté. Le patient est rentré chez lui 48 heures après l’intervention.

La première implantation en France d’un stimulateur cardiaque, sans sonde, a été réalisée au CHU de Grenoble sur un patient âgé de 77 ans par le Dr Pascal Defaye, responsable de l’unité de rythmologie. Une avancée majeure dans l’histoire de la stimulation cardiaque ! La procédure a duré environ 30 min. Aucun évènement lié à la procédure ou au matériel n’a été rapporté. Le patient est rentré chez lui 48 heures après l’intervention.
Appelé  Nanostim ce stimulateur cardiaque sans sonde est dix fois plus petit qu’un stimulateur cardiaque conventionnel. C’est le premier et, à ce jour, le seul pacemaker sans sonde, certifié CE, disponible sur le marché mondial.
À la différence des stimulateurs cardiaques classiques nécessitant une chirurgie plus invasive, ce stimulateur cardiaque miniaturisé et sans sonde est conçu pour être implanté en position intra-cardiaque, c’est à dire directement dans le cœur. Le stimulateur Nanostim est implanté à l’aide d’un cathéter orientable via la veine fémorale, ce qui permet aux cardiologues de pratiquer une approche mini-invasive sans être obligés de créer une poche chirurgicale pour placer le dispositif. Le stimulateur cardiaque n’a pas besoin, non plus, d’être connecté à une ou plusieurs sondes. Il a été conçu pour être recapturé si nécessaire, de manière à pouvoir être repositionné sans difficulté pendant la procédure d’implantation ou retiré ultérieurement, en cas de besoin.

« La technologie sans sonde Nanostim présente des caractéristiques similaires à celles des stimulateurs cardiaques simple chambre traditionnels, mais sans avoir à implanter de sonde ni à créer de poche chirurgicale », détaille le Dr Defaye. « Cette technologie révolutionnaire est une étape majeure dans l’histoire de la stimulation cardiaque, puisque elle a été développée pour réduire le risque de certaines des complications que nous observons avec les stimulateurs conventionnels. Nous sommes ravis d’avoir été les premiers au CHU de Grenoble à proposer à un de nos patients cette technologie, qui représente le futur de la stimulation».
Le stimulateur cardiaque sans sonde est dix fois plus petit qu’un stimulateur cardiaque classique. Son implantation en position intra-cardiaque évite la sensation de masse sous le thorax et toute cicatrice définitive.
Les stimulateurs cardiaques sont utilisés pour traiter la bradycardie, qui est une pathologie dont souffrent les patients présentant  une trop faible fréquence cardiaque. Ces appareils surveillent le cœur et fournissent une stimulation électrique lorsque le cœur bat trop lentement, en fonction des besoins physiologiques spécifiques de chaque patient. Plus de quatre millions de personnes dans le monde possèdent un stimulateur cardiaque implanté ou un autre appareil de gestion des troubles du rythme cardiaque, et 700 000 nouveaux patients reçoivent un appareil de ce type chaque année. En France, plus de 60 000 malades par an, reçoivent un pacemaker.

Le premier patient en France
En France, le premier patient chez qui le stimulateur sans sonde a été implanté est un homme âgé de 77 ans. Il présentait une dysfonction sinusale (anomalie du nœud sinusal, structure du cœur responsable de la gestion de son rythme), entrainant un ralentissement de sa fréquence cardiaque, autrement appelé bradycardie sinusale. Le patient souffrait d’asystoles, c’est-à-dire de pauses dans l’activité électrique du cœur.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.