Première intervention chirurgicale sans cicatrice : Opération Anubis

Le 2 avril 2007, au sein des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, le Professeur Jacques Marescaux et son équipe ont réalisé avec succès la 1ère opération sans cicatrice en pratiquant, à l'aide d'un endoscope flexible, l'ablation de la vésicule biliaire (cholécystectomie) par voie transvaginale chez une patiente âgée de 30 ans.

Le 2 avril 2007, au sein des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, le Professeur Jacques Marescaux et son équipe ont réalisé avec succès la 1ère opération sans cicatrice en pratiquant, à l’aide d’un endoscope flexible, l’ablation de la vésicule biliaire (cholécystectomie) par voie transvaginale chez une patiente âgée de 30 ans.

Cette première chirurgicale nommée « Opération Anubis » a été présentée le week-end dernier à Las Vegas au Congrès de la Société Américaine de Chirurgie Endoscopique (SAGES) et a été accueillie avec enthousiasme.

En référence à la mythologie égyptienne, dans laquelle Anubis par le biais d’instruments longs et flexibles réalisa la première momification redonnant vie à Osiris, le projet Anubis vise à développer la chirurgie réalisée au travers des orifices naturels.

Le changement fait partie de l’histoire de la chirurgie
A son début, l’excellence était synonyme de grandes incisions (« grand chirurgien, grande incision »). En 1987, Philippe Mouret réussissait la première cholécystectomie par voie laparoscopique et les pays anglo-saxons applaudissaient en parlant de « deuxième révolution française » : la chirurgie mini-invasive était née constituant certainement une des plus grandes mutations que le monde de la chirurgie ait connu au 20ème siècle.

Initié en 2004 le concept de chirurgie endoscopique transluminale par les voies naturelles est resté jusqu’à ce jour expérimental.

Une étape importante a été franchie le 20 mars 2007 par l’équipe de la Columbia University de New York rapportant une première opération réalisée par voie mixte, transvaginale et transabdominale aidée de 3 trocarts laparoscopiques (New York Times, 20 avril 2007 – San Francisco Chronicle, 20 avril 2007).

L’Opération Anubis, réalisée sans aucune incision cutanée, constitue certainement une étape déterminante vers l’aboutissement ultime du concept non-invasif de la chirurgie. L’étape suivante résidera dans la validation d’autres voies d’abords, notamment la voie transgastrique sans doute la plus séduisante.

Les justifications de cette chirurgie sont la diminution voire l’absence de douleur postopératoire, la facilité d’accès à certains organes, l’absence de traumatisme de la paroi abdominale, l’avantage cosmétique et son corollaire, « l’oubli » de l’agression physique, enfin, la preuve qu’il n’y a pas de limite à l’ingéniosité humaine et au développement technologique pour réduire les traumatismes physiques et émotionnels liés à la chirurgie classique.

Le succès de l’opération réalisé aux Hôpitaux Universitaires de Strasbourg est l’aboutissement de trois ans de recherche dans le cadre du projet Anubis labellisé par le Pôle de Compétitivité « Innovations Thérapeutiques ».

L’Opération Anubis, l’exemple de la synergie de plusieurs compétences
– les politiques ayant initié un biocluster et créé une dynamique – un Institut de Recherche et de Formation de notoriété internationale (IRCAD-EITS Université Louis Pasteur Strasbourg)
– un géant de l’industrie dans le domaine de la chirurgie mini-invasive (Karl Storz Endoskope )
– les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, élément clé ayant permis le transfert rapide et efficace d’une recherche appliquée au service du patient.

CONTACTS PRESSE :

IRCAD
Marie Obringer, Attachée de Presse,
Tél : +33 3 88 11 90 08
Email : href= »mailto:marie.obringer@ircad.u-strasbg.fr »

Pr. Jacques Marescaux, T: +33 3 88 11 90 06
Email : href= »mailto:jacques.marescaux@ircad.u-strasbg.fr »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.