Première mondiale à Toulouse : une prothèse trachéobronchique fabriquée sur mesure en 3D

L’équipe médicale de pneumologie du CHU et la start-up toulousaine AnatomikModeling ont mis au point et réussi la pose d'une prothèse anatomiquement identique à la trachée ou aux bronches d'un patient. Des résultats de portée internationale, publiés dans l’American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine. Avec cette avancée Toulouse signe la 113ème première mondiale réalisée en CHU et la 11ème pour l'établissement qui vient d'établir un record avec 2 premières annoncées le même mois. Février 2017 est à marquer d'une pierre blanche pour le CHU de Toulouse !
L’équipe médicale de pneumologie1 du CHU et la start-up toulousaine AnatomikModeling ont mis au point et réussi la pose d’une prothèse anatomiquement identique à la trachée ou aux bronches d’un patient. Des résultats de portée internationale, publiés dans l’American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine. Avec cette avancée Toulouse signe la 113ème première mondiale réalisée en CHU et la 11ème pour l’établissement qui vient d’établir un record avec 2 premières annoncées le même mois. Février 2017 est à marquer d’une pierre blanche pour le CHU de Toulouse !
Cette innovation représente un véritable espoir pour les patients chez lesquels les prothèses de série ne s’adaptent pas. L’essai clinique en cours montre des résultats prometteurs. Plusieurs patients ont ainsi bénéficier de ce nouvel implant avec succès: ils ont ressenti une nette amélioration de leur qualité de vie et aucune complication n’a été observée.
Une reconstruction 3D à partir du sanner du patient
Cette nouvelle prothèse est fabriquée sur mesure en trois temps: reconstruction 3D réalisée à partir du scanner du patient, usinage d’un moule à partir de cette reconstruction virtuelle puis fabrication de la prothèse en élastomère de silicone médical. Son implantation s’effectue de manière classique, par bronchoscopie à l’aide d’un pousse prothèse, au bloc opératoire, sous anesthésie générale. Au final, tout se passe comme si le stent avait été moulé directement sur la trachée ou la bronche. De plus, la rigidité de la prothèse peut être calculée en fonction de la sténose.

La prothèse est concue et fabriquée à partir du scanner du patient
Des indications pour les stenoses de la trachée ou des bronches
Le rétrécissement (ou sténose) de la trachée et/ou des bronches engendre des difficultés respiratoires et nécessite une prise en charge spécifique par pose d’une prothèse. Plusieurs raisons peuvent être à l’origine de cette sténose: problèmes post-intubation et post-trachéotomie, complications post transplantation pulmonaire, tumeur bénigne ou maligne, maladie ou particularité anatomique de la trachée… De plus, l’obstruction des voies aériennes supérieures est une complication fréquente dans les cas de cancer du poumon.
Une alternative aux prothèses standardisées
Actuellement, les prothèses commercialisées sont standardisées et conviennent à la plupart des patients pour lesquels ce dispositif est indispensable. En revanche, pour une partie d’entre eux, elles présentent des limites considérables d’adaptation (choix des tailles, diamètres trop étroits ou trop larges…), notamment en cas d’anatomie complexe de la trachée ou des bronches. Lorsque la prothèse est mal adaptée, les risques de migration de l’implant, de réaction inflammatoire ou de perforation sont réels.
C’est ce constat qui a prévalu au développement de la recherche et à l’innovation dans ce domaine.
1Pr A.Didier – Pr J.Mazières – Dr N.Guibert – Dr C.Hermant

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.