Suicide d’un gène : découverte fondamentale en génétique et 1 ère mondiale

L’équipe CNRS de Michel Cogné et Sophie Péron « Contrôle de la Réponse Immune B et Lymphoproliférations », rattachée au CHU et à l’Université de Limoges, a découvert un phénomène jusqu’ici inconnu : le suicide d’un gène. Evènement majeur de régulation de l’immunité, cette découverte fait l’objet de deux publications, dans la prestigieuse revue scientifique internationale « Sciences » et dans le magazine français « Médecine Sciences ».

 L’équipe CNRS de Michel Cogné et Sophie Péron « Contrôle de la Réponse Immune B et Lymphoproliférations », rattachée au CHU et à l’Université de Limoges, a découvert un phénomène jusqu’ici inconnu : le suicide d’un gène. Evènement majeur de régulation de l’immunité, cette découverte fait l’objet de deux publications, dans la prestigieuse revue scientifique internationale « Sciences » et dans le magazine français « Médecine Sciences ».  
Des cellules qui se suicident
Les cellules de l’immunité sont les seules cellules qui peuvent remanier et découper leurs chromosomes. C’est comme cela qu’elles fabriquent les anticorps avec des gènes dont elles semblent rebattre les cartes. L’équipe du Professeur Michel Cogné et de Sophie Péron, post‐doctorante, a mis en évidence un type de découpage chromosomique qui n’avait jamais été observé et a montré que ces cellules peuvent aussi découper les gènes des anticorps pour les éliminer. Cependant, elles ne peuvent pas vivre sans ces gènes. Il s’agit donc d’une « recombinaison suicide », fatale pour la cellule qui l’exécute.
Lutter contre les allergies, les maladies auto-immunes et les cancers
Sur un plan fondamental, c’est un nouveau mécanisme potentiellement important dans la réponse immunitaire et un nouvel enjeu. Il s’agit de comprendre maintennt comment ces recombinaisons suicides permettent de sélectionner la survie de cellules protectrices tout en éliminant les cellules inutiles ou agressives pour notre corps (cellules responsables d’allergie ou d’auto‐immunité). Un autre défi, thérapeutique celui‐là, sera d’essayer de maîtriser le phénomène en induisant à dessein le « suicide » de cellules tumorales (leucémies, lymphomes) ou responsables de troubles de l’immunité

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.