Suicide d’un gène : découverte fondamentale en génétique et 1 ère mondiale

L’équipe CNRS de Michel Cogné et Sophie Péron « Contrôle de la Réponse Immune B et Lymphoproliférations », rattachée au CHU et à l’Université de Limoges, a découvert un phénomène jusqu’ici inconnu : le suicide d’un gène. Evènement majeur de régulation de l’immunité, cette découverte fait l’objet de deux publications, dans la prestigieuse revue scientifique internationale « Sciences » et dans le magazine français « Médecine Sciences ».

 L’équipe CNRS de Michel Cogné et Sophie Péron « Contrôle de la Réponse Immune B et Lymphoproliférations », rattachée au CHU et à l’Université de Limoges, a découvert un phénomène jusqu’ici inconnu : le suicide d’un gène. Evènement majeur de régulation de l’immunité, cette découverte fait l’objet de deux publications, dans la prestigieuse revue scientifique internationale « Sciences » et dans le magazine français « Médecine Sciences ».  
Des cellules qui se suicident
Les cellules de l’immunité sont les seules cellules qui peuvent remanier et découper leurs chromosomes. C’est comme cela qu’elles fabriquent les anticorps avec des gènes dont elles semblent rebattre les cartes. L’équipe du Professeur Michel Cogné et de Sophie Péron, post‐doctorante, a mis en évidence un type de découpage chromosomique qui n’avait jamais été observé et a montré que ces cellules peuvent aussi découper les gènes des anticorps pour les éliminer. Cependant, elles ne peuvent pas vivre sans ces gènes. Il s’agit donc d’une « recombinaison suicide », fatale pour la cellule qui l’exécute.
Lutter contre les allergies, les maladies auto-immunes et les cancers
Sur un plan fondamental, c’est un nouveau mécanisme potentiellement important dans la réponse immunitaire et un nouvel enjeu. Il s’agit de comprendre maintennt comment ces recombinaisons suicides permettent de sélectionner la survie de cellules protectrices tout en éliminant les cellules inutiles ou agressives pour notre corps (cellules responsables d’allergie ou d’auto‐immunité). Un autre défi, thérapeutique celui‐là, sera d’essayer de maîtriser le phénomène en induisant à dessein le « suicide » de cellules tumorales (leucémies, lymphomes) ou responsables de troubles de l’immunité

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.