Première mondiale : greffe partielle du visage

Dimanche 27 novembre 05, pour la première fois au monde, une femme de 38 ans, gravement défigurée après la morsure d'un chien au mois de mai dernier, a bénéficié d'une greffe partielle du visage (triangle nez-lèvres-menton). L'intervention qui a duré près de 15 heures, a été réalisée au CHU d'Amiens par le Pr Bernard Devauchelle. Cet exploit est l'oeuvre d'une collaboration exemplaire entre le CHU d'Amiens et les Hospices Civils de Lyon, les équipes chirurgicales et de coordination de prélèvement et l'Agence de la Biomédecine.

« La patiente a vu son visage lundi matin et nous a remerciés » a déclaré le Pr Bernard Devauchelle. La morsure avait entraîné la perte complète des lèvres, du menton et de la pointe du nez avec des conséquences fonctionnelles importantes en matière d’élocution et de mastication. Aujourd’hui, la patiente mange, boit et parle clairement, elle a récupéré sa mobilité d’entraînement et sa mobilité musculaire mais il faudra attendre 4 à 6 mois pour qu’elle retrouve sa sensibilité.

Sans la greffe, la patiente aurait dû subir au moins cinq opérations pour un mauvais résultat fonctionnel. L’allogreffe de tissu composite est apparue comme le traitement le plus approprié. Pour faciliter la prévention du rejet, les équipes de transplantation ont associé une greffe de moelle osseuse de la donneuse au traitement immunosuppresseur.

Les équipes des Pr Jean-Michel Dubernard et Michallet assurent le suivi immunologique de la personne greffée au CHU de Lyon, à l’hôpital Edouard Herriot. Si le succès de la greffe se confirme, de telles opérations pourraient se renouveler a conclu le Pr Dubernard qui a annoncé le lancement d’un programme hospitalier de recherche clinique conjoint aux CHU de Lyon et d’Amiens pour développer cette technique. Cette technique pourrait changer la vie des malades défigurés par de graves brûlures ou par des traumatismes balistiques.

Dès la prise en charge de la patiente en mai dernier, le CHU d’Amiens avait entamé une démarche de protocolisation pour situation d’exception auprès de l’Agence de la Biomédecine. Cette intervention entre dans le cadre de l’avis rendu en février 2004 par le Comité Consultatif National d’Ethique. Ont également été consultés l’Agence française de sécurité sanitaire, l’espace éthique du CHU d’Amiens et le comité de protection des personnes de Picardie.

Enfin, il est également important de saluer l’acte de générosité de la famille de la donneuse et le travail des équipes de prélèvement qui ont recueilli son accord et ont prélevé le greffon durant plus de 5 heures.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.