Première mondiale : greffe partielle du visage

Dimanche 27 novembre 05, pour la première fois au monde, une femme de 38 ans, gravement défigurée après la morsure d'un chien au mois de mai dernier, a bénéficié d'une greffe partielle du visage (triangle nez-lèvres-menton). L'intervention qui a duré près de 15 heures, a été réalisée au CHU d'Amiens par le Pr Bernard Devauchelle. Cet exploit est l'oeuvre d'une collaboration exemplaire entre le CHU d'Amiens et les Hospices Civils de Lyon, les équipes chirurgicales et de coordination de prélèvement et l'Agence de la Biomédecine.

« La patiente a vu son visage lundi matin et nous a remerciés » a déclaré le Pr Bernard Devauchelle. La morsure avait entraîné la perte complète des lèvres, du menton et de la pointe du nez avec des conséquences fonctionnelles importantes en matière d’élocution et de mastication. Aujourd’hui, la patiente mange, boit et parle clairement, elle a récupéré sa mobilité d’entraînement et sa mobilité musculaire mais il faudra attendre 4 à 6 mois pour qu’elle retrouve sa sensibilité.

Sans la greffe, la patiente aurait dû subir au moins cinq opérations pour un mauvais résultat fonctionnel. L’allogreffe de tissu composite est apparue comme le traitement le plus approprié. Pour faciliter la prévention du rejet, les équipes de transplantation ont associé une greffe de moelle osseuse de la donneuse au traitement immunosuppresseur.

Les équipes des Pr Jean-Michel Dubernard et Michallet assurent le suivi immunologique de la personne greffée au CHU de Lyon, à l’hôpital Edouard Herriot. Si le succès de la greffe se confirme, de telles opérations pourraient se renouveler a conclu le Pr Dubernard qui a annoncé le lancement d’un programme hospitalier de recherche clinique conjoint aux CHU de Lyon et d’Amiens pour développer cette technique. Cette technique pourrait changer la vie des malades défigurés par de graves brûlures ou par des traumatismes balistiques.

Dès la prise en charge de la patiente en mai dernier, le CHU d’Amiens avait entamé une démarche de protocolisation pour situation d’exception auprès de l’Agence de la Biomédecine. Cette intervention entre dans le cadre de l’avis rendu en février 2004 par le Comité Consultatif National d’Ethique. Ont également été consultés l’Agence française de sécurité sanitaire, l’espace éthique du CHU d’Amiens et le comité de protection des personnes de Picardie.

Enfin, il est également important de saluer l’acte de générosité de la famille de la donneuse et le travail des équipes de prélèvement qui ont recueilli son accord et ont prélevé le greffon durant plus de 5 heures.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.