Première mondiale :Une équipe du CHRU de Lille contribue à la découverte du premier gène de la maladie de Crohn

La maladie de Crohn (MC) est un problème de santé publique en Europe du Nord. C'est une maladie inflammatoire de l'intestin qui affecte entre 80 000 et 100 000 patients en France dont environ 8 000 dans la région Nord-Pas-de-Calais.

La Maladie de Crohn a un pouvoir invalidant considérable, car elle débute tôt dans la vie (entre 15 et 30 ans) et reste chronique, évoluant par poussées entrecoupées de périodes de rémission.
Elle n’a pas de traitement spécifique et est plus ou moins contrôlée par les corticoïdes, les immunosuppresseurs, l’assistance nutritionnelle et la chirurgie.

Le coût de son traitement est en augmentation notamment depuis l’introduction des nouvelles thérapeutiques comme les anticorps monoclonaux (1 Million de francs en 2000 au CH et U de Lille). Les « causes » de la MC sont mal connues, probablement multiples.

Depuis 15 ans, le groupe de Gastro entérologie du CH et U de Lille travaille à mieux connaître la maladie, ses causes et ses traitements.
Cette recherche, coordonnée par le Pr. JF COLOMBEL, membre de l’équipe du Pr Paris, est multidirectionnelle : physiopathologique, thérapeutique et épidémiologique. C’est ce dernier aspect qui a été mis à contribution pour aboutir à la découverte actuelle.
Un Registre Régional du Nord-Ouest (EPIMAD) dirigé par les Pr A Cortot et JL Salomez et animé par le Dr Gower-Rousseau a été mis en place depuis 1988 à l’aide de l’Association François Aupetit, du CH et U et de l’INSERM et de l’Institut national de Veille Sanitaire. Des familles atteintes de la Maladie de Crohn ont été identifiées et des prélèvements sanguins effectués Mme I Rousseau (infirmière enquêtrice du registre).
Afin d’atteindre le nombre de familles nécessaire à la réussite du projet, un réseau Français et Européen a été mis en place en 1995 permettant de réunir à ce jour plus de 1000 familles. Grâce aux prélèvements, une étude génétique dans un nombre de cas suffisant a pu être faite par le Dr JP Hugot dans le Laboratoire du Pr G Thomas (Centre d’Etudes du Polymorphisme Humain) à l’Hôpital St-Louis à Paris.

Cette étude aboutit aujourd’hui à l’identification du premier gène de susceptibilité à la Maladie de Crohn, publiée cette semaine dans la prestigieuse revue « Nature ».

Cette avancée majeure dans la compréhension de la maladie n’a été possible que grâce à la coopération des familles de malades et de leurs médecins gastro-entérologues et généralistes sans lesquels rien n’aurait été possible.
La caractérisation de ce gène et de ses mutations au cours de la Maladie de Crohn va permettre rapidement de réorienter la recherche sur les mécanismes de la maladie et devrait permettre de mettre au point de nouveaux traitements mieux ciblés et plus efficaces.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.