Première naissance après une greffe d’ovaire en Occitanie

Un petit garçon est né en pleine forme au CHU de Toulouse, d'une maman dont l'ovaire avait été congelé puis réimplanté après le traitement d'un cancer.
Un petit garçon est né en pleine forme au CHU de Toulouse, d’une maman dont l’ovaire avait été congelé puis réimplanté après le traitement d’un cancer.
Le bébé se porte bien et la maman aussi. Le petit garçon, qui a vu le jour en septembre 2016 à l’hôpital Paule-de-Viguier du CHU de Toulouse, a été conçu après une greffe d’ovaire.
En 2009, la maman atteinte d’une tumeur maligne au niveau du cou a dû être traitée par chimiothérapie. Avant le traitement, un ovaire a été conservé par congélation au centre de médecine de la reproduction de l’hôpital Paule-de-Viguier. La patiente, étant ménopausée après la chimiothérapie et désirant une grossesse, a bénéficié de la greffe de son ovaire congelé fin 2014.
Elle a progressivement retrouvé des cycles naturels en quelques mois et obtenu une grossesse spontanément en décembre 2015. Elle a accouché en septembre 2016 d’un garçon en bonne santé.
Une technique très rare dans le monde
La congélation d’ovaires ou d’ovocytes est proposée aux jeunes femmes, fillettes et jeunes filles devant bénéficier d’un traitement anti-cancéreux potentiellement toxique pour les ovaires. Ces techniques sont encore peu utilisées et moins de 100 naissances ont été ainsi obtenues dans le monde

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.