Première naissance après une greffe d’ovaire en Occitanie

Un petit garçon est né en pleine forme au CHU de Toulouse, d'une maman dont l'ovaire avait été congelé puis réimplanté après le traitement d'un cancer.
Un petit garçon est né en pleine forme au CHU de Toulouse, d’une maman dont l’ovaire avait été congelé puis réimplanté après le traitement d’un cancer.
Le bébé se porte bien et la maman aussi. Le petit garçon, qui a vu le jour en septembre 2016 à l’hôpital Paule-de-Viguier du CHU de Toulouse, a été conçu après une greffe d’ovaire.
En 2009, la maman atteinte d’une tumeur maligne au niveau du cou a dû être traitée par chimiothérapie. Avant le traitement, un ovaire a été conservé par congélation au centre de médecine de la reproduction de l’hôpital Paule-de-Viguier. La patiente, étant ménopausée après la chimiothérapie et désirant une grossesse, a bénéficié de la greffe de son ovaire congelé fin 2014.
Elle a progressivement retrouvé des cycles naturels en quelques mois et obtenu une grossesse spontanément en décembre 2015. Elle a accouché en septembre 2016 d’un garçon en bonne santé.
Une technique très rare dans le monde
La congélation d’ovaires ou d’ovocytes est proposée aux jeunes femmes, fillettes et jeunes filles devant bénéficier d’un traitement anti-cancéreux potentiellement toxique pour les ovaires. Ces techniques sont encore peu utilisées et moins de 100 naissances ont été ainsi obtenues dans le monde

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.