Personnes malentendantes : un implant de nouvelle génération et une première nationale

Le 12 juin 2012, le Professeur Sébastien Schmerber et son équipe ont procédé à la pose de 3 implants à conduction osseuse. Cette nouvelle technologie permet aux malentendants d’entendre une gamme complète de sons avec plus de fiabilité. Cette intervention convient aux personnes atteints d’une surdité mixte ou de transmission ou d’une surdité unilatérale due notamment à des malformations de l’oreille externe ou à des troubles de l’oreille moyenne.

Le 12 juin 2012, le Professeur Sébastien Schmerber et son équipe ont procédé à la pose de 3 implants à conduction osseuse. Cette nouvelle technologie permet aux malentendants d’entendre une gamme complète de sons avec plus de fiabilité. Cette intervention convient aux personnes atteints d’une surdité mixte ou de transmission ou d’une surdité unilatérale due notamment à des malformations de l’oreille externe ou à des troubles de l’oreille moyenne. 

L’implant est constitué de deux composants : un implant sous la peau derrière l’oreille et un audio processeur qui reçoit les ondes sonores. Les signaux sonores traversent la peau et sont transmis activement par l’implant à l’os et à l’oreille interne.
L’implant, qui incorpore un transducteur électromagnétique, une bobine et un aimant, est logé dans une enveloppe de silicone et est compatible avec les IRM jusqu’à 1,5 Tesla. Des images CT haute résolution ou IRM préopératoires aident le chirurgien à choisir la position idéale pour l’implant. Pendant l’opération, le chirurgien peut facilement adapter l’implant à la structure osseuse derrière l’oreille.
L’audio processeur est conforme aux normes les plus récentes en matière de technologie de traitement du signal et offre des technologies sophistiquées d’amélioration de la qualité auditive. Elles incluent un microphone directionnel, une réduction du bruit du vent, un lissage du son, ainsi qu’un programme de gestion du son et de la parole qui réduit les bruits de fond gênants en faveur de la parole.
Cette nouvelle technologie vient en aide aux personnes qui souffrent d’une déficience auditive de la transmission du son et qui ne peuvent pas être traitées à l’aide d’appareils auditifs conventionnels. Simple d’utilisation, ne nécessitant qu’une chirurgie mini invasive, elle permet d’améliorer considérablement la qualité de vie des patients.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.