Personnes malentendantes : un implant de nouvelle génération et une première nationale

Le 12 juin 2012, le Professeur Sébastien Schmerber et son équipe ont procédé à la pose de 3 implants à conduction osseuse. Cette nouvelle technologie permet aux malentendants d’entendre une gamme complète de sons avec plus de fiabilité. Cette intervention convient aux personnes atteints d’une surdité mixte ou de transmission ou d’une surdité unilatérale due notamment à des malformations de l’oreille externe ou à des troubles de l’oreille moyenne.

Le 12 juin 2012, le Professeur Sébastien Schmerber et son équipe ont procédé à la pose de 3 implants à conduction osseuse. Cette nouvelle technologie permet aux malentendants d’entendre une gamme complète de sons avec plus de fiabilité. Cette intervention convient aux personnes atteints d’une surdité mixte ou de transmission ou d’une surdité unilatérale due notamment à des malformations de l’oreille externe ou à des troubles de l’oreille moyenne. 

L’implant est constitué de deux composants : un implant sous la peau derrière l’oreille et un audio processeur qui reçoit les ondes sonores. Les signaux sonores traversent la peau et sont transmis activement par l’implant à l’os et à l’oreille interne.
L’implant, qui incorpore un transducteur électromagnétique, une bobine et un aimant, est logé dans une enveloppe de silicone et est compatible avec les IRM jusqu’à 1,5 Tesla. Des images CT haute résolution ou IRM préopératoires aident le chirurgien à choisir la position idéale pour l’implant. Pendant l’opération, le chirurgien peut facilement adapter l’implant à la structure osseuse derrière l’oreille.
L’audio processeur est conforme aux normes les plus récentes en matière de technologie de traitement du signal et offre des technologies sophistiquées d’amélioration de la qualité auditive. Elles incluent un microphone directionnel, une réduction du bruit du vent, un lissage du son, ainsi qu’un programme de gestion du son et de la parole qui réduit les bruits de fond gênants en faveur de la parole.
Cette nouvelle technologie vient en aide aux personnes qui souffrent d’une déficience auditive de la transmission du son et qui ne peuvent pas être traitées à l’aide d’appareils auditifs conventionnels. Simple d’utilisation, ne nécessitant qu’une chirurgie mini invasive, elle permet d’améliorer considérablement la qualité de vie des patients.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.