Premières portes ouvertes au service Endocrinologie-Diabète-Nutrition

En écho à la Journée Mondiale du Diabète, le service Endocrinologie-Diabète-Nutrition du CHU de Reims a organisé le 9 novembre dernier ses premières portes ouvertes. Une manifestation destinée à sensibiliser le grand public comme les professionnels à cette maladie qui touche 5% de la population en Champagne-Ardenne.

Le mardi 9 novembre dernier, le service Endocrinologie-Diabète-Nutrition du CHU de Reims a ouvert ses portes au grand public et aux professionnels à l’occasion de la Journée Mondiale du Diabète.
Infirmières, diététiciennes, pédicures-podologues, médecins…

L’ensemble des équipes s’est mobilisée pour proposer des ateliers autour de la nutrition et de l’activité physique, une conférence-débat sur le thème « Quoi de neuf en diabétologie au CHU de Reims ? » mais aussi des dépistages glycémiques, une présentation de la consultation dédiée au pied diabétique et des stands d’information.
Cette opération a été organisée en partenariat avec l’Association Marnaise des Diabétiques, le réseau de santé CARéDIAB, l’Unité Transversale d’Education du Patient (UTEP) et le service Diététique du CHU de Reims. Elle s’inscrit par ailleurs dans les actions du collectif régional de la Journée Mondiale du Diabète.

Le service Endocrinologie-Diabète-Nutrition, dirigé par le Professeur Delemer, a basé son travail sur l’éducation thérapeutique d’une part, sur la présentation des évolutions technologiques et thérapeutiques d’autre part et sur l’intégration du CHU au réseau régional CARéDIAB, les données des patients hospitalisés ou consultant au CHU de Reims étant incluses systématiquement dans le dossier partagé.

En écho à la thématique générale de la journée mondiale du diabète, « Let’s take control of diabetes now », l’accent a été mis sur la participation des patients à travers les exemples suivants : la prise en charge du patient diabétique de type 1, le diabète gestationnel, la prise en charge du pied diabétique.
Cette journée a permis à l’équipe de diabétologie du CHU de Reims de progresser dans la démarche d’ouverture vers les patients et les soignants de la région.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.