« Préparer la nouvelle génération d’hôpitaux » : l’ambition partagée des 500 participants aux journées de l’Architecture en Santé

Le chantier est d’ampleur, il s’agit de préparer la nouvelle génération d’hôpitaux centrés sur le patient. Mais cette grande ambition se heurte à l’absence de temps de réflexion commun aux concepteurs, utilisateurs et prestataires. Un manque désormais comblé par les premières journées de l’Architecture en Santé qui viennent d’ouvrir un intermède convivial dans l’agenda des professionnels. Organisées pour la première fois à Menton du 28 au 30 octobre 2019, elles ont réuni 500 participants, une trentaine d’exposants et accueilli 35 conférenciers de tous horizons, brésiliens, danois, français, italiens, marocains. A l’origine de cette initiative, Gérard Huet, président de l’Union des Architectes Francophones en Santé a répondu aux questions de Réseau CHU.

Le chantier est d’ampleur, il s’agit de préparer la nouvelle génération d’hôpitaux centrés sur le patient. Mais cette grande ambition se heurte à l’absence de temps de réflexion commun aux concepteurs, utilisateurs et prestataires. Un manque désormais comblé par les premières journées de l’Architecture en Santé qui viennent d’ouvrir un intermède convivial dans l’agenda des professionnels. Organisées pour la première fois à Menton du 28 au 30 octobre 2019, elles ont réuni 500 participants, une trentaine d’exposants et accueilli 35 conférenciers de tous horizons, brésiliens, danois, français, italiens, marocains. A l’origine de cette initiative, Gérard Huet, président de l’Union des Architectes Francophones en Santé a répondu aux questions de Réseau CHU.

Pourquoi s’être engagé dans l’aventure des journées de l’Architecture en Santé ?

Gérard Huet : En dehors du dialogue compétitif dans le cadre des appels d’offres, il n’existe pas de temps de rencontre entre managers du public et du privé, architectes, constructeurs, fournisseurs d’équipements. Or, nous ressentons un fort besoin d’échanges, de partage, de mises en relation et de confrontations d’expériences sur un spectre très large afin de répondre aux nombreux défis de l’hôpital de demain. En nous réunissant aujourd’hui, nous montrons notre capacité à dépasser les situations de concurrence pour nous projeter ensemble dans l’avenir. Avec mes partenaires, nous avons pris plaisir à organiser un événement réellement fédérateur. C’est une belle satisfaction et en même temps une grande responsabilité. 

L’architecture hospitalière française a-t-elle des particularités ? 

G. H. : Il existe une architecture hospitalière typiquement française, pas au sens d’une originalité que l’on pourrait revendiquer, mais une originalité due à notre mode de financement de la santé qui repose sur la solidarité nationale. Les bâtiments hospitaliers sont publics dans leur état et leur fonctionnement mais aussi publics dans la place qu’ils occupent dans la cité. Ce sont des sortes de balises urbaines qui jalonnent notre territoire et c’est une singularité tout à fait française.

Quelle est votre vision de l’hôpital de demain ?

G. H. : Les maladies chroniques ramènent le patient vers son domicile et le numérique aide à réinstaller un parcours de soins au service de la patientèle. L’architecture hospitalière va évoluer afin de conjuguer l’excellence d’un plateau technique et interventionnel avec des structures intermédiaires, proches du patient. Il me semble que nous allons quitter ce monde de l’efficience, de l’hôpital usine construit principalement autour de la communauté médicale et redessiner des établissements pour le patient. Nous devons nous nourrir de la transformation digitale. Il y a toute une architecture à imaginer, en contrepoint des modèles qu’on a connus dans les années 70, dans le respect de la nature et de la culture des territoires. 

Focus sur la première journée de l’Architecture en Santé sous le signe de l’international

Durant la première journée, il était question d’architecture génératrice de santé et de bien-être par le Pr. Stefano Capolongo, Polytechnique de Milano, de nouveaux concepts d’hôpitaux de réadaptation avec le Dr Lucia Braga, présidente du réseau SARAH (Brésil), du nouveau CHU d’Aarhus présenté par Julian Weyer, Architecte, (Danemark), de la salle d’opération hybride dans un environnement opératoire et structurel complexe par le Pr. Alessandro Morganti, Polytechnique de Milano, (Italie). L’assistance a aussi découvert l’évolution du patrimoine hospitalier marocain décrit par Amina Bouazza, architecte hospitalier et pu apprécier la large concertation menée en amont de la construction du nouveau CHR de Metz-Thionville. Le plan stratégique de l’AP-HP décliné en 6 opérations immobilières majeures a été dévoilé par Cécile Gamblier et Arnaud Lunel. Quant aux techniciens, ingénieurs hospitaliers et biomédicaux, ils ont exposé les exigences de leurs professions méconnues avec Bruno Cazabat, président de l’Association des Ingénieurs Hospitaliers de France et de Généviève Gaschard-Wahart, Directeur technique du Biomédical du CHU de Poitiers.
Sur le même sujet
Architecture en santé : les nouvelles tendances explorées à Menton 28-30 oct. 2019
L’architecture en santé en effervescence à Menton du 28 au 30 octobre 2019
Marie-Georges Fayn

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Greffe du foie : une machine pour réanimer les greffons fragiles

Depuis le mois de juillet, ont été réalisées au sein du CHU de Toulouse cinq greffes de foies impliquant des greffons reperfusés et oxygénés. Une avancée importante, rendue possible par l’arrivée d’une machine à perfusion. Si elle est pratiquée dans plusieurs hôpitaux français, cette technique laisse entrevoir, à l’heure où sévit une pénurie d’organes, des progrès majeurs dans le champ de la greffe.

Télémédecine : à la rescousse des marins du monde entier

Elle a beau se trouver à une heure et demie de la Méditerranée, Toulouse est scrutée par les marins du monde entier. La ville rose, plus précisément le centre d’urgence médicale de l’hôpital Purpan, abrite le Centre de consultation médicale maritime français. Chaque jour, ce SAMU des océans vient en aide aux professionnels de la mer aux quatre coins du globe. Immersion dans ce lieu largement méconnu du grand public.

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.