Prescription de génériques: l’AP-HP et l’Assurance Maladie partenaires

L'Assistance Publique Hôpitaux de Paris et l'Assurance Maladie de Paris ont signé le 12 décembre 2007 une convention de partenariat afin de développer la prescription de médicaments génériques prescrits par les médecins hospitaliers.

L’Assistance Publique Hôpitaux de Paris et l’Assurance Maladie de Paris ont signé le 12 décembre 2007 une convention de partenariat afin de développer la prescription de médicaments génériques prescrits par les médecins hospitaliers.

En 2006, les médicaments génériques ont permis d’économiser 6,7 millions d’euros en Ile de France. En juin 2007, le taux de pénétration des médicaments génériques a atteint 73% en Ile de France mais seulement 61% pour les prescriptions effectuées par les médecins hospitaliers et délivrées en ville (lors de consultations externes, de passage aux urgences, au moment de la sortie de l’hôpital). Le potentiel d’amélioration est d’autant plus fort que les prescriptions hospitalières délivrées en ville représentent une part importante des prescriptions totales : 1, 7 milliards d’euros pour la seule région Ile de France en 2006 (dont 955 millions par les médecins de l’AP-HP) et 25 % du montant au niveau national.

Pour développer préférentiellement la délivrance de génériques, quand ils existent, aux patients vus à l’hôpital, l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris et l’Assurance Maladie ont signé une convention de partenariat le 12 décembre 2007.

Elle doit contribuer à faciliter la substitution par les pharmaciens grâce à plusieurs actions :
– la diffusion aux pharmaciens d’officine d’un courrier de recommandation,
– l’apposition systématique sur les ordonnances de l’AP-HP exécutées en ville de la mention « substituable par un générique », sauf si le médecin prescripteur écarte la substitution pour des raisons médicales,
– une campagne interne de sensibilisation des prescripteurs hospitaliers de l’AP-HP.

Par cet accord, l’Assurance Maladie entend amplifier la dynamique de maitrise médicalisée de l’évolution des dépenses, et L’AP-HP poursuivre une démarche d’amélioration de la qualité des soins, de promotion du bon usage et de la sécurisation du circuit du médicament, engagée depuis plusieurs années.

L’AP-HP est aujourd’hui très impliquée dans une démarche de « juste prescription » qui introduit préalablement à la décision de prescrire une évaluation des avantages et des risques encourus (lutte contre les risques iatrogènes et maîtrise économique).

La convention a été signée par le Directeur général de l’AP-HP, Benoît Leclercq, et le Directeur général de l’Assurance Maladie de Paris, Marie-Renée Babel. Une évaluation du plan d’action est prévue. Pour cela, l’AP-HP et chacun de ses sites ont été évalués en septembre 2007 pour élaborer un profil de prescription de médicaments génériques. Ces indicateurs seront mis à jour deux fois par an.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.