#Présidentielle2017 : les CHU félicitent Emmanuel Macron et alertent le nouveau président sur une campagne budgétaire intenable

Au lendemain des élections présidentielles, la Conférence des directeurs généraux de CHU exprime ses plus vives félicitations à Emmanuel Macron pour sa victoire. Elle saisit également cette occasion pour présenter une demande urgente de renégociation de l'objectif national des dépenses d'assurance maladie (ONDAM). En effet, soumis à des restrictions budgétaires drastiques, les 32 établissements universitaires redoutent de ne pouvoir assurer pleinement leurs missions de santé publique. La Conférence souhaite pouvoir s’entretenir très vite avec le nouveau ministre de la Santé afin de trouver une solution à la crise annoncée provoquée par une campagne tarifaire qui met le monde hospitalier sous pression.
Au lendemain des élections présidentielles, la Conférence des directeurs généraux de CHU exprime ses plus vives félicitations à Emmanuel Macron pour sa victoire. Elle saisit également cette occasion pour présenter une demande urgente de renégociation de l’objectif national des dépenses d’assurance maladie (ONDAM). En effet, soumis à des restrictions budgétaires drastiques, les 32 établissements universitaires redoutent de ne pouvoir assurer pleinement leurs missions de santé publique. La Conférence souhaite pouvoir s’entretenir très vite avec le nouveau ministre de la Santé afin de trouver une solution à la crise annoncée provoquée par une campagne tarifaire qui met le monde hospitalier sous pression.
Principale requête : la nécessité de revoir l’objectif national des dépenses d’assurance maladie  (ONDAM) limité cette année à 2,1% pour l’hôpital public ; un taux nettement insuffisant au regard des charges qui pèsent sur les hôpitaux universitaires. A cette forte contrainte s’ajoute la stagnation des dotations concernant les missions d’intérêt général et d’aide à la contractualisation (MIGAC) et des Missions d’enseignement, de recherche, de référence et d’innovation (MERRI)*. Une telle contraction des ressources s’avère intenable pour les établissements de santé et tout particulièrement pour les CHU dont les dépenses vont mécaniquement croître de 3%, compte tenu principalement de l’augmentation des charges de personnel (impact de 2,12% des mesures règlementaires avec, pour la 3e année consécutive, une baisse de 1% des tarifs de séjours), des dépenses pharmaceutiques et de laboratoire ainsi que des coûts de l’innovation.
Au-delà de cette urgence budgétaire, les CHU souhaitent également présenter leur programme 2017-2022 pour porter haut les couleurs de médecine française, sur nos territoires comme à l’international. Ce projet comporte 17 propositions. Elles ont été élaborées lors des Assises nationales hospitalo-universitaires de décembre 2016 et traitent des thèmes essentiels tels que la pérennisation de la recherche-innovation, l’offre de soins d’excellence pour tous, le défi de l’e-santé, l’accueil des patients étrangers, le renforcement de leur attractivité pour séduire et fidéliser les talents…
Pour en savoir plus sur 
La Conférence est l’Assemblée des Directeurs Généraux. Elle intervient pour améliorer le service rendu au malade et le fonctionnement des CHU. Elle a pour vocation de promouvoir et de défendre les atouts et spécificités des hôpitaux universitaires. Elle est présidée par Jean-Pierre Dewitte, directeur général du CHU de Poitiers.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.