Prévention de la maltraitance des personnes âgées et des handicapés

Signature d'une charte de partenariat entre l'Assistance Publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) et l'Association Gérontologique de l'Essonne (AGE), le 24 mai 2002, à l'hôpital Broussais en présence de messieurs Antoine Durrleman, Directeur Général de l'AP-HP et Bernard Duportet, Président de l'AGE.

Prévenir, détecter et prendre en charge la maltraitance des personnes âgées et des personnes handicapées, tant à domicile qu’en institution, est une priorité pour l’AP-HP.

Dans le cadre de son projet gérontologique, l’AP-HP souhaite développer une politique de prévention, de suivi et de traitement de la maltraitance auprès des populations âgées et handicapées. L’AGE contribue, pour sa part, depuis trois ans, à la mise en oeuvre d’une politique similaire au niveau du département de l’Essonne. Elle est par ailleurs chargée d’une étude régionale pilote sur ce thème dans le cadre du programme régional de santé « personnes âgées » supervisée par la DRASS Ile de France.

La signature d’une charte entre les deux partenaires va permettre de répondre à trois objectifs :

– Définir des procédures de recueil et de suivi des situations de maltraitance au sein de l’AP-HP élaborées par un groupe de travail pluridisciplinaire associant représentants de l’AP-HP et de l’AGE.
– Mettre en place une politique de sensibilisation et de formation auprès de tous les acteurs de l’AP-HP intervenant dans le champ gérontologique. Cette politique sera axée sur toutes les formes de maltraitance et conduira à l’élaboration d’un plan d’actions pluriannuel.
– Concevoir et mettre en oeuvre, au niveau régional, un dispositif d’acquisition et de traitement sécurisé de données de signalement. Le service informatique de l’AP-HP apportera sa compétence en matière de recueil de données.

Une évaluation des opérations de ce dispositif en termes de qualité et de résultats est prévue.

L’AP-HP, soucieuse de la prise en charge globale de la personne âgée et de la personne handicapée a déjà adopté dans son plan stratégique deux programmes d’actions prioritaires concernant ces populations.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Simuler un attentat ou une tempête pour préparer aux situations d’urgence 

Après l’impressionnant déploiement du “Shelter”, hôpital mobile du CHU de Toulouse, ce fut au tour du projet “SENS” d’être présenté lors de la dernière édition de SantExpo. SENS, ou autrement dit un centre de simulation environnementale et neurosensorielle de 140 m2, ayant la capacité de recréer diverses situations extrêmes pour préparer au mieux les professionnels de l’urgence à des crises majeures. Un projet attendu sur le site de l’hôpital Purpan en 2024.

A Santexpo, des CHU de France en transition(s)

Pour la deuxième année consécutive, les 32 CHU ont affiché leur unité à l’occasion de Santexpo, salon qui a réuni du 23 au 25 mai l’écosystème de la santé. S’il est difficile d’évaluer les retombées réelles pour les établissements, ce rassemblement sur deux stands et une même bannière (CHU de France) aura eu le mérite de faire valoir un certain nombre de thèmes, dont les transitions numérique, écologique ou sociale au sein de l’hôpital. A défaut d’énumérer tout ce que nos caméras ont pu capter d’échanges sur ces trois jours, la rédaction vous propose de revivre dix temps forts.

Vincent Vuiblet : “L’IA va profondément modifier l’ensemble des fonctions hospitalières.” 

Connaissance des maladies, aide aux diagnostics, dépistage précoce, prise en charge des patients, prédiction de l’efficacité des traitements ou encore suivi des épidémies… dans la santé comme dans d’autres domaines, l’Intelligence artificielle est promise partout. Si les perspectives semblent vertigineuses, difficile de saisir ce que cette évolution technologique, que certains appréhendent comme une “révolution”, implique réellement. A l’occasion de SantExpo, nous avons interrogé Vincent Vuiblet, Professeur de médecine au CHU de Reims et directeur de l’Institut d’Intelligence Artificielle en Santé Champagne Ardenne depuis 2020, sur ce sujet particulièrement d’actualité. L’occasion pour lui de nous éclairer, de balayer aussi un certain nombre d’idées reçues et de fantasmes.

Le CHU de Bordeaux aux petits soins avec ses nouveaux internes

Le 15 mai dernier, deux cent six nouveaux internes ont été accueillis au Grand Théâtre, bâtiment phare de la capitale girondine et propriété du CHU de Bordeaux. Un événement en grandes pompes voulu par Yann Bubien, peu de temps après son arrivée en tant que Directeur général.

A saint-Étienne, cette nouvelle clinique soigne les champions comme les sportifs du dimanche

Ouverte depuis novembre dernier, la Clinique Universitaire du Sport et de l’Arthrose (CUSA) accueille dix-sept praticiens travaillant de concert pour soigner les problématiques qui entourent l’appareil locomoteur. Et si son plateau technique de pointe voit défiler les sportifs de haut niveau comme les amateurs, c’est une autre population, touchée par l’arthrose et autres douleurs articulaires, qui prend massivement rendez-vous. Reportage.