Prévention de la maltraitance des personnes âgées et des handicapés

Signature d'une charte de partenariat entre l'Assistance Publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) et l'Association Gérontologique de l'Essonne (AGE), le 24 mai 2002, à l'hôpital Broussais en présence de messieurs Antoine Durrleman, Directeur Général de l'AP-HP et Bernard Duportet, Président de l'AGE.

Prévenir, détecter et prendre en charge la maltraitance des personnes âgées et des personnes handicapées, tant à domicile qu’en institution, est une priorité pour l’AP-HP.

Dans le cadre de son projet gérontologique, l’AP-HP souhaite développer une politique de prévention, de suivi et de traitement de la maltraitance auprès des populations âgées et handicapées. L’AGE contribue, pour sa part, depuis trois ans, à la mise en oeuvre d’une politique similaire au niveau du département de l’Essonne. Elle est par ailleurs chargée d’une étude régionale pilote sur ce thème dans le cadre du programme régional de santé « personnes âgées » supervisée par la DRASS Ile de France.

La signature d’une charte entre les deux partenaires va permettre de répondre à trois objectifs :

– Définir des procédures de recueil et de suivi des situations de maltraitance au sein de l’AP-HP élaborées par un groupe de travail pluridisciplinaire associant représentants de l’AP-HP et de l’AGE.
– Mettre en place une politique de sensibilisation et de formation auprès de tous les acteurs de l’AP-HP intervenant dans le champ gérontologique. Cette politique sera axée sur toutes les formes de maltraitance et conduira à l’élaboration d’un plan d’actions pluriannuel.
– Concevoir et mettre en oeuvre, au niveau régional, un dispositif d’acquisition et de traitement sécurisé de données de signalement. Le service informatique de l’AP-HP apportera sa compétence en matière de recueil de données.

Une évaluation des opérations de ce dispositif en termes de qualité et de résultats est prévue.

L’AP-HP, soucieuse de la prise en charge globale de la personne âgée et de la personne handicapée a déjà adopté dans son plan stratégique deux programmes d’actions prioritaires concernant ces populations.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.