Prévention du suicide : la cellule de recontact VigilanS s’établit au CHU d’Angers

La région des Pays de la Loire est l’une des régions françaises les plus touchées par le suicide. Pour prévenir sa récidive, la cellule VigilanS, installée au CHU d'Angers, permettra, pour les patients qui le souhaitent, de les suivre pendant les jours et les semaines suivant leur tentative de suicide en vue de prévenir une récidive.

La région des Pays de la Loire est l’une des régions françaises les plus touchées par le suicide. Pour prévenir sa récidive, la cellule VigilanS, installée au CHU d’Angers, permettra, pour les patients qui le souhaitent, de les suivre pendant les jours et les semaines suivant leur tentative de suicide en vue de prévenir une récidive. 
En Pays de la Loire, c’est au CHU d’Angers que l’Agence régionale de santé a confié le déploiement et la coordination de la cellule de recontact VigilanS. Un médecin du service de psychiatrie-addictologie et quatre infirmiers du CHU d’Angers et du CESAME (Centre de Santé Mentale angevin, établissement partenaire du dispositif) seront ainsi chargés de recontacter les personnes ayant accepté ce suivi après leur hospitalisation ou leur passage aux urgences. 

Un réseau de partenaires 

VigilanS fonctionne sur la base d’une étroite collaboration entre les acteurs de santé participant à la prise en charge des patients ayant fait une tentative de suicide. Tous les établissements de santé de la région seront rencontrés pour participer au dispositif et en parler à leurs patients. Si ces derniers acceptent de rentrer dans le dispositif, ils seront systématiquement rappelés ou contactés par la cellule à intervalles réguliers en vue de suivre leur évolution.

Une prévention de la récidive éprouvée 

VigilanS est un dispositif complémentaire de la prise en charge du patient suicidant. Il ne se substitue pas au parcours de soins de la personne qui reste prise en charge au plus près de chez elle, en fonction de ses besoins. Le médecin traitant et le psychiatre traitant sont d’ailleurs systématiquement informés de l’entrée de leur patient dans le dispositif et destinataires des comptes rendus des échanges avec ce dernier. 
Le service rendu par VigilanS pourra permettre à terme de suivre à distance plus de 1 000 personnes dans la région. Le recul de la récidive pour ces patients a été clairement démontré par les équipes lilloises à l’origine de ce projet, permettant de réduire nettement l’incidence des suicides auprès de certains patients. 

Infos et chiffres clés 

– 750 habitants se suicident chaque année en Pays de la Loire 
– 10 % des femmes et 5 % des hommes de 15 à 75 ans déclarent avoir fait une tentative de suicide au cours de leur vie. 
Avec VigilanS, ce sont 34 établissements de santé des 5 départements des Pays de la Loire qui pourront travailler de concert pour la prévention du suicide. 
– Le dispositif VigilanS est né à Lille en 2015. Il est déjà déployé dans plusieurs régions de France. 
Source : Observatoire régionale de la santé 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.