Prévention et lutte contre les violences faites aux femmes

Le CHU de Rennes est partenaire du Protocole départemental de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes ; violences souvent intra familiales et perpétrées en raison même du sexe de la victime. Face à ces agressions les femmes ne choisissent pas toutes les mêmes aides.

Le CHU de Rennes est partenaire du Protocole départemental de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes ; violences souvent intra familiales et perpétrées en raison même du sexe de la victime. Face à ces agressions les femmes ne choisissent pas toutes les mêmes aides.

Certaines souhaitent un constat de leurs blessures, d’autres un conseil juridique, d’autres encore une simple écoute. De leur choix dépend la structure qui les accueille et cela peut se faire au détriment d’une prise en charge « globale ».
Les structures sont nombreuses (policière, judiciaire, médicale, associative…) mais elles ne travaillent pas toujours en réseau et les femmes se perdent entre les divers acteurs.

Pour une meilleure visibilité et pour plus d’efficacité, la Commission départementale d’action contre les violences faites aux femmes a travaillé à la rédaction d’un « Protocole départemental de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes ». Ce Protocole a été signé le 20 juin 2006, sous l’autorité de Madame Bernadette Malgorn, préfète d’Ille et Vilaine, préfète de Région.
Le CHU compte parmi les signataires au titre de la plateforme constituée par les trois portes d’entrée habituelles de ces femmes : le service d’accueil des urgences, le service de médecine légale et le service social.
La plateforme, consciente de l’existence de bien d’autres portes d’entrée au CHU, s’est engagée, au sein de la Commission, à des actions de sensibilisation, voire de formation pour tout personnel de santé susceptible d’y être intéressé.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.