Principe de précaution : un bloc opératoire fermé du 18 au 21 août

Le bloc opératoire central de l'hôpital Nord sera fermé du 18 au 21 août 2005. Une partie du personnel travaillant au bloc opératoire central de l'hôpital Nord et dans la salle de réveil a été incommodé depuis quelques jours, pour une raison encore indéterminée. La Direction de l'Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille a décidé d'appliquer le principe de précaution en fermant pour quatre jours le bloc concerné, afin d'y procéder à une série de contrôles et d'analyses de la qualité de l'air.

Le bloc opératoire central de l’hôpital Nord sera fermé du 18 au 21 août 2005. Une partie du personnel travaillant au bloc opératoire central de l’hôpital Nord et dans la salle de réveil a été incommodé depuis quelques jours, pour une raison encore indéterminée. La Direction de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille a décidé d’appliquer le principe de précaution en fermant pour quatre jours le bloc concerné, afin d’y procéder à une série de contrôles et d’analyses de la qualité de l’air.

Pendant cette période, marquée par une baisse d’activité estivale, la Direction de l’AP-HM a pris les mesures nécessaires pour continuer d’assurer l’accueil des patients en toute sécurité, sans nuire à la qualité des soins.
Les interventions programmées sont retardées de quelques jours. La prise en charge des interventions urgentes lourdes est assurée par les autres sites hospitaliers (hôpitaux Ste Marguerite et Conception).

La salle de réveil et le bloc opératoire central retrouveront leur fonctionnement normal le 22 août, après contrôle complet de la qualité de l’air.

L’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille prie les patients de bien vouloir excuser les désagréments provoqués par l’application de ces mesures, qui ont pour but de protéger leur santé ainsi que celle du personnel.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.