Prise en charge du cancer de l’enfant : l’exemple du CHU de Caen

Le 15 février a eu lieu la journée internationale du cancer de l’enfant. Une maladie qui touche près de 2500 enfants en France chaque année. Au CHU de Caen, le service d’onco-hématologie pédiatrique, qui lutte contre les cancers pédiatriques, est une référence.

Le 15 février a eu lieu la journée internationale du cancer de l’enfant. Une maladie qui touche près de 2500 enfants en France chaque année. Au CHU de Caen, le service d’onco-hématologie pédiatrique, qui lutte contre les cancers pédiatriques, est une référence.
2500. C’est le nombre d’enfants et d’adolescents à qui on diagnostique un cancer chaque année dans notre pays (1700 cas chez les moins de 15 ans, et près de 800 chez les 15-18 ans). Autre chiffre difficile à accepter, tant la réalité dont il est tiré paraît injuste : près de la moitié de ces cancers surviennent avant le cinquième anniversaire de l’enfant. Leucémies, tumeurs du système central, lymphomes constituent les principales pathologies cancéreuses rencontrées, à la différence des principaux cancers de l’adulte qui touchent les poumons, le sein ou encore la prostate.  
S’ils ne représentent « que » 1 à 2% des cancers, les cancers pédiatriques sont l’une des causes majeures de mortalité infantile en France. Quant à leur prise en charge, elle est très spécifique. Lors de la journée du 15 février, ministère des Solidarités et de la Santé et associations (Ligue contre le cancer notamment), se sont mobilisés.

Les CHU français ne sont pas en reste. En témoignent, par exemple, la conférence animée conjointement par le CHU de Bordeaux et la chaîne d’information girondine TV7, ou encore la présentation d’un nouveau traitement pour lutter contre les effets secondaires de la chimiothérapie du côté du CHU de Toulouse. Evidemment, ils ne sont pas les seuls. C’est par exemple à des centaines de kilomètres au nord de la Garonne que l’on trouve l’une des références publiques dans la lutte contre les cancers pédiatriques : le CHU de Caen Normandie.

70 enfants pris en charge en 2021

Avec un service d’onco-hématologie offrant une prise en charge complète et variée (quinze lits, dont quatre en hôpital de jour), le CHU de Caen Normandie est un acteur majeur sur le sujet. En 2021, ce sont 70 enfants atteints d’un cancer qui ont été pris en charge. S’y ajoutent près de 2400 séjours, dont 80% en ambulatoire, réalisés sur la même année.
Le parcours de soins des enfants et adolescents au sein du CHU est organisé en collaboration avec le réseau OncoNormandie pédiatrique qui, lui, travaille avec les services pédiatriques d’établissements de la région. Ce travail en réseau implique un effort important de coordination entre les différents acteurs médicaux et paramédicaux qui peuvent intervenir lors de la prise en charge des jeunes patients. De manière générale, l’objectif du CHU de Caen, comme de tous les autres en France, est de soigner de plus en plus d’enfants et de réduire au maximum leur traitement quand cela est envisageable. Il souhaite aussi améliorer le suivi des patients avant, pendant et après le traitement. A ce titre, l’équipe médicale coordonne des projets nationaux autour de la réinsertion sociale et scolaire des enfants après traitement anti-cancéreux.
Il ne faudrait pas l’oublier, la recherche clinique est au cœur du service d’onco-hématologie. 80% des enfants qui y sont traités sont inclus dans des protocoles d’essais cliniques.

Le rôle des associations dans le quotidien des enfants malades

Les associations jouent un rôle majeur à l’hôpital : avec les équipes soignantes, elles aident à améliorer le quotidien des patients. Au CHU de Caen, c’est l’association Cadet Roussel qui joue pleinement ce rôle auprès des enfants hospitalisés. Depuis 1992, elle leur permet de bénéficier de soins de supports adaptés, d’accompagnement psychologique ; elle organise par ailleurs des activités physiques adaptées et propose aux jeunes malades divertissements et loisirs.

DR : CHU de Caen Normandie

Comme d’autres associations intervenant dans les hôpitaux, Cadet Roussel, outre l’accompagnement des enfants au quotidien, constitue un soutien pour leurs familles. « Chaque jeudi matin, un accueil par des bénévoles formés à l’écoute est proposé aux parents autour d’un café-croissant. Des soirées pizzas sont également organisées chaque mercredi soir » explique Béatrice Hinet, sa présidente. Pour les parents éloignés géographiquement, l’association les aide à être hébergés pour rendre visite à leur enfant.
La rédaction avec le CHU de Caen Normandie

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Greffe du foie : une machine pour réanimer les greffons fragiles

Depuis le mois de juillet, ont été réalisées au sein du CHU de Toulouse cinq greffes de foies impliquant des greffons reperfusés et oxygénés. Une avancée importante, rendue possible par l’arrivée d’une machine à perfusion. Si elle est pratiquée dans plusieurs hôpitaux français, cette technique laisse entrevoir, à l’heure où sévit une pénurie d’organes, des progrès majeurs dans le champ de la greffe.

Télémédecine : à la rescousse des marins du monde entier

Elle a beau se trouver à une heure et demie de la Méditerranée, Toulouse est scrutée par les marins du monde entier. La ville rose, plus précisément le centre d’urgence médicale de l’hôpital Purpan, abrite le Centre de consultation médicale maritime français. Chaque jour, ce SAMU des océans vient en aide aux professionnels de la mer aux quatre coins du globe. Immersion dans ce lieu largement méconnu du grand public.

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.