Prise en charge innovante de la douleur : les vertus de l’effet groupe

Il y a un an et demi, la Fondation APICIL remettait un chèque de 100 000 euros au Centre de la douleur du CHU de Saint-Etenne. Cette somme, renouvelée chaque année pendant trois ans, a permis de financer un programme très novateur dans la prise en charge des douleurs chroniques. Aujourd'hui l'expérience se poursuit et donne lieu à un premier bilan très positif.

Il y a un an et demi, la Fondation APICIL remettait un chèque de 100 000 euros au Centre de la douleur du CHU de Saint-Etenne. Cette somme, renouvelée chaque année pendant trois ans, a permis de financer un programme très novateur dans la prise en charge des douleurs chroniques. Aujourd’hui l’expérience se poursuit et donne lieu à un premier bilan très positif.

Sous l’impulsion du Dr Malou Navez, responsable du Centre stéphanois de la douleur, des groupes de patients ont été constitués en fonction notamment de leurs pathologies : fibromyalgie, cervicalgie, douleurs du rachis,… et plus récemment polyarthrite rhumatoïde.

Huit groupes de dix patients, pendant trois à six mois, fonctionnent en continu depuis la mise en place de la démarche en juillet 2007. L’équipe du Centre de la douleur, en lien avec l’association Comète qui aide à la réinsertion socio-professionnelle, s’est mobilisée autour de cette nouvelle forme de prise en charge de la douleur.

Tous les patients du Centre de la douleur ne participent pas à l’expérience. Seuls les patients qui le souhaitent peuvent intégrer un groupe. En outre, ils doivent souffrir de douleurs chroniques rebelles, souvent résistantes aux antalgiques, et ayant un fort retentissement psychologique, voire social, sur leur vie. En effet, le patient douloureux est bien souvent enfermé dans sa douleur qui envahit non seulement son corps mais occupe également son psychisme.

L’objectif de ces groupes et des différentes approches développées* est de dépasser cet isolement et d’aider le patient à trouver en lui les ressources, autres que médicamenteuses, pour mieux contrôler la douleur. L’effet groupe est très dynamisant car ce qui marche pour l’un est un encouragement pour les autres.

L’équipe pluridisciplinaire (psychologue, kinésithérapeute, ergonome, psychologue, psychiatre, neurologue, sophrologue, assistante sociale, infirmières,…) qui encadre les groupes apporte au patient des méthodes qui sont applicables dans son quotidien et l’aident à devenir autonome. Les résultats sont très encourageants et les patients satisfaits. L’équipe a par exemple constaté une rupture de l’isolement avec une reprise du lien social dans la plupart des groupes. De même beaucoup de patients ont retrouvé une activité physique et certains ont repris une activité professionnelle.

Une patiente de 42 ans, souffrant de violentes douleurs à la suite de plusieurs entorses, explique ainsi que sa douleur disparait après chaque séance de relaxation. Cette méthode lui permet de se sentir mieux tout en maîtrisant la douleur et donc la prise de médicaments. Grâce à la relation de confiance développée avec l’équipe, elle affirme pouvoir aujourd’hui faire des projets.

« L’enjeu est important, confie le Pr Bernard Laurent, chef du service de Neurologie et médecin responsable du pôle NOL (Neurologie Loco Moteur), car il s’agit d’un changement culturel visant à prouver l’intérêt d’une autre prise en charge non médicale !». La Fondation APICIL espère également que l’expérience du Centre stéphanois de la douleur pourra être dupliquée dans d’autres établissements de santé et pourquoi pas intégrer d’autres pathologies.

*Méthodes développées dans les groupes : relaxation, sophrologie, psychomotricité, photo-langage, groupes de paroles, auto-rééducation, auto-massages.

La Fondation APICIL a pour objet la lutte contre la douleur physique et psychique à tous les âges de la vie. Elle s’engage aux cotés des acteurs de terrain qui oeuvrent au quotidien pour soulager la douleur. Elle encourage et accompagne des projets d’intérêt général, innovants et pérennes sur le thème de la douleur. Elle soutien des actions de prévention, de formation, d’information de recherche…
Fondation APICIL
21, place Bellecour
69002 Lyon
http://www.fondation-apicil.org

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.