Prix Coup de Cœur pour le COMPAGNO’ AGE de Saint-Etienne

Le PRIX FHF-MNH « Stratégie ATTRACTIVITE MEDICALE » vient de décerner son Coup de Cœur au CHU Saint-Etienne pour son projet COMPAGNO’AGE qui comme son nom l’indique veut rapprocher les générations de médecins hospitaliers.
Le PRIX FHF-MNH «Stratégie ATTRACTIVITE MEDICALE» vient de décerner son Coup de Cœur au CHU Saint-Etienne pour son projet COMPAGNO’AGE qui comme son nom l’indique veut rapprocher les générations de médecins hospitaliers.
La remise des prix s’est déroulée ce jeudi 18 mai sur le village «Attractive Med» de la Paris Healthcare Week. Une belle reconnaissance pour cette démarche innovante afin d’attirer et fidéliser les internes sur le territoire de la métropole stéphanoise.
Dans un contexte de démographie tendue, le CHU de Saint-Etienne a lancé le projet COMPAGNO’ AGE pour renforcer l’attractivité de son CHU face à de nombreux départs à la retraite et un renouvellement insuffisant d’internes qui ont tendance à quitter la région après leur cursus universitaire. Le compagnonnage répond en effet à une forte demande des internes qui se trouvent trop souvent «largués» lors de leur prise de poste. L’idée est simple: les anciens accompagnent les jeunes. Un modèle qui fait ses preuves dans les pays anglo-saxons et notamment le Canada.
Double effet bénéfique.
D’une part, les praticiens volontaires peuvent profiter du cumul-emploi retraite pour aider et former un interne. Plutôt que de favoriser le prolongement d’activité, ce dispositif permet de libérer des postes et donc de financer la création de postes d’assistants pour pallier les besoins en post-internats qui augmentent avec le numerus clausus. C’est également une façon pour ces médecins de passer le cap de la cessation d’activité en douceur et de pourvoir transmettre leurs savoirs. D’autre part, les internes se voient accompagnés dans leur formation tant sur le plan médical qu’humain.
Ce projet porté par les équipes d’Aurélie Channet, directrice des Affaires Médicales et de la Recherche et celles de la Commission médicalem d’Etablissement a unanimement séduit praticiens et futurs médecins qui ont été interrogés sur leurs attentes. A ce jour le CHUSE compte 544 ETP seniors et 416 ETP juniors, ce qui montre bien la nécessité d’anticiper les départs à la retraite et la reconquête de nouveaux internes sur la métropole stéphanoise.
Depuis une décennie seulement, les hospitaliers comprennent l’urgence de manager autrement afin de convaincre les talents de rejoindre leurs équipes. Or les mentalités, les profils et choix de vie des futurs médecins ont considérablement évolué. L’exercice médical n’est plus un sacerdoce et le rôle du médecin à l’hôpital a beaucoup changé. Les directeurs d’établissement doivent prendre en compte ces différentes composantes et proposer des conditions d’exercice et de la qualité de vie conformes aux nouvelles attentes des internes.
Plusieurs binômes jeunes retraités et futurs médecins sont déjà constitués. En outre pour veiller à cet accompagnement et aide intergénérationnels, «Inter-Med» est d’ors est déjà dédié à l’entraide entre confrères qu’ils soient en difficulté personnelle ou collective dans l’établissement. Il est indépendant de la hiérarchie de l’hôpital.
Nul doute que ce type d’initiative devrait vite faire des émules car il est fondé sur les valeurs essentielles de la médecine: le soin et l’écoute. L’humanité.
Connaître et participer aux prochains prix de mécénat de la FHF ou de MNH dans vos régions.
Anne Marie DE RUBIANA (Remede.org)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.