Prix Hélioscope : « Education, alimentation et précarité » récompensé

Le 5 février dernier, des professionnels du CHU de Besançon recevaient, pour le projet « Education, alimentation et précarité » le prix Dawn délivré dans le cadre du congrès national Paris Santé Education. Le 16 juin, c'est le 1er Prix Hélioscope qui a été remporté par l'équipe bisontine*.

Le 5 février dernier, des professionnels du CHU de Besançon recevaient, pour le projet « Education, alimentation et précarité » le prix Dawn délivré dans le cadre du congrès national Paris Santé Education. Le 16 juin, c’est le 1er Prix Hélioscope qui a été remporté par l’équipe bisontine*.

Initié par l’UTEP (Unité Transversale pour l’Education du Patient) et le service social en 2007, le projet « Education, alimentation et précarité » a pour objectif de permettre, aux patients atteints de maladie chronique, de concilier au mieux les recommandations diététiques adaptées à leurs pathologies et une situation économique précaire :
– en construisant pour les patients des réponses personnalisées et adaptées à leurs besoins et leurs ressources,
– en aidant les soignants à mieux identifier les situations de vulnérabilité et à intégrer la dimension socio-économique dans leur prise en charge éducative et plus spécifiquement diététique.

Après une phase de recensement de l’existant en matière d’aide alimentaire, la constitution d’un groupe de travail pluri professionnel et pluri institutionnel sur « équilibre alimentaire et petit budget », ainsi que la mise en place de formation à l’ETP (Education Thérapeutique du Patient) proposée aux personnels du CHU et la généralisation de réunions d’information annuelles dans les services de soins, assurées par les assistantes sociales, les soignants commencent à se sentir moins démunis et à être plus sensibilisés à la problématique de la précarité.

Ils sont désormais en capacité d’orienter les patients, selon le degré de difficulté économique qu’ils rencontrent :
– soit vers une démarche d’accompagnement et de mise en lien hôpital-ville, pour les plus démunis, en les informant des possibilités d’aide alimentaire d’urgence ou régulière et en facilitant leur accès,
– soit vers une démarche éducative « diététique » personnalisée, intégrant la prise en compte du budget alimentaire, du contexte de vie, des goûts et habitudes, des difficultés mais aussi des ressources et possibilités du patient, pour l’aider à approcher au mieux les recommandations diététiques adaptées à sa pathologie.

Ce projet, toujours en cours, a d’ores et déjà permis de faire évoluer les représentations et les connaissances des soignants sur la précarité, d’améliorer les liens Hôpital-Ville ainsi que les conditions de sortie d’hospitalisation de certains patients vulnérables, grâce à un décloisonnement entre les différentes institutions, des partenariats et un travail en interdisciplinarité, associant les regards croisés de nombreux acteurs du sanitaire et du social (Banque alimentaire, Centre Communal Action Sociale, Conseil Général, Espaces solidaires , épiceries sociales…).

Le prix Hélioscope permettra de financer l’évolution du site internet qui organise toutes les données et contribuera à la reproduction des outils éducatifs les plus pertinents auprès de cette population.

* Martine BILLARD, cadre socio-éducatif, service social – Christine KAVAN, diététicienne, Unité Transversale pour l’Education des Patients (UTEP) – Cécile ZIMMERMANN, médecin responsable UTEP – Alfred PENFORNIS, Chef de service –

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.