Procréation médicalement assistée : suivi en continu de la vie embryonnaire

Pour optimiser les chances de grossesse, l’unité de médecine de la reproduction et le laboratoire de biologie de la reproduction - CECOS du CHU de Rennes ont acquis la technologie dite du «Time Lapse». Des caméras placées directement dans les étuves de culture...

Pour optimiser les chances de grossesse, l’unité de médecine de la reproduction et le laboratoire de biologie de la reproduction – CECOS du CHU de Rennes ont acquis la technologie dite du «Time Lapse».  Des caméras placées directement dans les étuves de culture réalisent une prise d’images en continu des toutes premières divisions cellulaires et du développement morphologique des embryons. Grâce à ce système innovant, l’équipe disposent d’informations qui l’aident à améliorer les conditions de culture et à affiner les critères de sélection des embryons à implanter.
Le CHU de Rennes est le 1er centre breton à disposer d’un tel équipement et 10ème en France sur les 104 unités d’assistance médicale à la procréation pratiquant la fécondation in vitro. L’établissement affiche d’excellents résultats avec le meilleur taux d‘accouchement par ponction d’ovocytes, selon l’étude publiés en juillet 2013 par l’Agence de Biomédecine*. Ainsi, un couple débutant une tentative de fécondation in vitro au CHU de Rennes a plus d’une chance sur trois d’obtenir un enfant alors que la moyenne nationale est à peine d’une chance sur quatre. Un tel score s’explique par une parfaite maîtrise du processus de congélation embryonnaire qui garantit aux couples plusieurs transferts d’un embryon après chaque tentative de fécondation in-vitro. Cette stratégie augmente les chances d’avoir un enfant et diminue les complications liées aux grossesses multiples.

En 2013, Rennes s’était déjà distingué en réalisant les premières naissances après réchauffement d’ovocytes vitrifiés chez des femmes bénéficiant d’un don d’ovocytes.
En France, de plus en plus de couples sont concernés par la procréation médicalement assistée (PMA) qui  recouvre l’insémination artificielle et les différents types de fécondation in vitro (FIV). En 2011 2,8% du total des naissances étaient issues de PMA soit plus de 23 000 bébés – selon les derniers chiffres publiés par l’Agence de la biomédecine.
* Source Agence biomédecine
http://www.agence-biomedecine.fr/IMG/pdf/nationalresume2010.pdf

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.