Projet ANGELE: une expérimentation de parcours innovants en allergologie

Les maladies allergiques touchent environ 1 personne sur 3 et sont en constante augmentation depuis plusieurs décennies. Elles sont en partie liées à une exposition environnementale qui doit être clairement identifiée pour une prise en charge optimale du patient. En 2018, en région Bourgogne-Franche-Comté, 57 chocs anaphylactiques attribués à une allergie alimentaire et plus de 890 séjours pour cause d’asthme à prédominance allergique ont été recensés. rnLe CHU de Besançon pilote un projet innovant qui consiste à inclure, dans le parcours du patient souffrant d’allergie, l’intervention de conseillers médicaux en environnement intérieur (CMEI) et de diététiciens nutritionnistes spécialisés en allergies alimentaires (DNA) : le projet ANGELE - Allergies complexes : prise en charge globale, diététique et environnementale.rnSi l’expérimentation, conduite à l’échelle de la Bourgogne - Franche-Comté est validée, elle pourrait, à terme, être répliquée à l’échelle nationale.rnTous les praticiens de la région, tant hospitaliers que libéraux, qui pratiquent l’allergologie, peuvent adhérer au projet ANGELE et proposer ainsi à leurs patients une prise en charge multidisciplinaire.rn

rnrn

Deuxrnparcours ont ainsi été créés :

rnrn

·        rnLe parcours pour les patients avec allergiernalimentaire.

rnrn

Le médecin peut avoir recours à un ou une diététiciennernnutritionniste spécialisé(e) en allergies alimentaires qui réalise un bilanrndiététique et évalue l’exposition aux allergènes. L’approche est globale : mise en place d’évictionsrnalimentaires et/ou d’une induction de tolérance à un allergène en tenant compterndes goûts et des habitudes alimentaires du patient et des contextes de repasrn(restauration collective par exemple), participation à l’éducation et à la rééducation nutritionnelle durnpatient, en donnant des conseils pour repérer le ou les allergène(s) à éviter etrnpour prévenir d’éventuelles carences nutritionnelles, accompagnement sur des protocolesrnde réintroduction alimentaire…

rnrn

 

rnrn

·        rnLe parcours pour la prise en charge desrnpatients présentant des allergies respiratoires aux acariens (asthme et/ournrhinite).

rnrn

Le médecin peut solliciter l’expertise d’un ou d’unernconseillère médicale en environnement intérieur qui se rend au domicile durnpatient pour établir un diagnostic de son environnement intérieur etrndonner de nombreux conseils pratiques personnalisés pour améliorer la qualitérnde l’air du logement. Il réalisera des analyses de paramètres physiques,rnchimiques et biologiques afin d’adapter les mesures d’éviction conseillées. Cetternprise en charge personnalisée aidera les patients à identifier les sourcesrnd’allergènes et d’irritants respiratoires de leur habitat et à devenir acteursrnde leur sécurisation au quotidien.

rnrn

 

rnrn

Pour les patients, ces parcours dernsoins innovants devraient contribuer à améliorer leur qualité de vie, àrndiminuer leur consommation médicamenteuse et leurs recours aux consultationsrnnon programmées. Mieux informés, mieux conseillés, ils deviendront aussirndavantage acteur de leur prise en charge. Les parcours "ANGELE" étantrnfinancés par l\’assurance maladie et l\’agence régionale de santé dans le cadre dernl’article 51 de la loi de financement de la sécurité sociale, les patientsrnn’ont rien à payer, ni aucun remboursement à demander.

rnrn

 

rnrn

ANGELE, un projet made in Bourgogne – Franche-Comté

rnrn

 

rnrn

Il s’agit du seul « projetrnarticle 51 » portant sur l’allergologie actuellement mis en œuvre enrnFrance. Le CHU de Besançon, par son portage du Réseau d’allergologie dernFranche-Comté (RAFT) coordonné par le Docteur Jean-Marc Rame, œuvre depuis lesrnannées 2000 à assurer la cohérence entre les différents acteurs qui prennent enrncharge les patients allergiques et à améliorer leur prise en chargernenvironnementale (diagnostic et thérapeutique).

rnrn

La Mutualité française Bourgogne-Franche-Comtérn(MFBFC) propose quant à elle un service de conseillersrnmédicaux en environnement intérieur depuis fin 2009. L’expérience collaborative de ces deuxrnstructures contribue depuis longtemps à une prise en charge optimisée etrnglobale des patients allergiques ; elle a ainsi permis de modéliser cesrnparcours de soins pris en charge sous la forme de forfaits.

rnrn

L’association Atmo est égalementrnpartenaire de ce projet pour la réalisation des analyses de polluantsrnchimiques. Les analyses mycologiques sont réalisées au sein du laboratoire dernmycologie du CHU de Besançon.

rnrn

 

rnrn

En pratique

rnrn

Le projet ANGELE est prévue pour une durée de 5 ans et pourrnun total de 1905 parcours. Les patients peuvent depuis le mois de novembre sernvoir proposer ces nouveaux parcours par leur médecin prenant en charge leurrnallergie.

rnrn

 

rnrn

Une diététicienne nutritionnisternspécialisée en allergies alimentaires et 3 conseillers médicaux enrnenvironnement intérieur sont dédiés à ce projet dont le coût total s’élève à 1rn361 778 €.

rnrn

 

rnrn

Au-delà de l’expérience conduite en Bourgogne-Franche-Comté,rnles porteurs espèrent que les résultats de ce projet expérimental permettrontrnd’aboutir, à l’échelle nationale, à la création de forfaits pérennes de prisernen charge des patients.

rnrn

 

rnrn

Le cahier des charges complet estrnconsultable sur le site du ministère de la Santé :  https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/angele_cdc_et_arrete.pdf

rnrn

 

rnrn

Pourrntoute information complémentaire, veuillez contacter le chef de projet àrnl’adresse : href= »mailto:yshahali@chu-besancon.fr »

rnrn

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.