Projet Médical 2022 du CHU de Clermont-Ferrand, 10 réponses concrètes aux défis médicaux

Le projet médical du CHU de Clermont-Ferrand a l'ambition d'apporter des réponses concrètes aux défis médicaux du futur en matière de restructuration interne, de clarification des parcours de soins (au sein du CHU et avec les établissements des Groupements hospitaliers de territoire qui l'entourent), de modernisation de l'infrastructure hospitalière, de structuration de l'offre de soins en complémentarité avec les autres acteurs de santé du territoire et d'innovation dans les équipements et les modalités de prise en charge des patients.

Le projet médical du CHU de Clermont-Ferrand a l’ambition d’apporter des réponses concrètes aux défis médicaux du futur en matière de restructuration interne, de clarification des parcours de soins (au sein du CHU et avec les établissements des Groupements hospitaliers de territoire qui l’entourent), de modernisation de l’infrastructure hospitalière, de structuration de l’offre de soins en complémentarité avec les autres acteurs de santé du territoire et d’innovation dans les équipements et les modalités de prise en charge des patients.
Des restructurations territoriales majeures (fusion des universités de Clermont-Ferrand, métropolisation de l’agglomération, fusion des régions, organisation hospitalière en Groupements Hospitaliers de Territoire) positionnent et renforcent le CHU comme établissement de santé de référence à l’Ouest de la région Auvergne-Rhône-Alpes. D’autre part, une orientation législative et réglementaire forte pousse à revoir l’organisation interne du CHU : stratégie nationale de santé, virage ambulatoire, modernisation du parcours-patient, renforcement du suivi financier, valorisation des personnels et gestion du temps de travail.
Ce contexte a conduit le CHU à vouloir relever six défis : L’attractivité de l’établissement pour les professionnels de santé ; la réponse à une demande croissante de soins ; le travail sur une trajectoire financière permettant des investissements structurants ; la modernisation de la prise en charge avec la médecine des 4 P (Prédictive, Préventive, Personnalisée, Participative) ; l’amélioration de la qualité du service rendu au patient ; et enfin, la consolidation des missions hospitalo-universitaire en lien avec l’enseignement et la recherche.

Un projet architectural adapté à l’ambition du projet médical

Parmi les projets majeurs du CHU pour les années à venir figure la construction du nouveau bâtiment "Gabriel Montpied 3" (GM3), qui aura un impact fort en termes d’organisation des services. Le futur bâtiment traduit une partie des ambitions présentées par le projet médical. Il permettra une plus grande surface de l’accueil des urgences (multipliée par 3) et un plus grand confort pour la prise en charge du patient (chambre individuelle). Une organisation plus cohérente des filières de soins de l’ensemble du CHU sera également possible grâce à une meilleure répartition des disciplines sur les différents sites. La réponse en termes de travaux a été dimensionnée à cette exigence médicale avec notamment l’aménagement des services aux disciplines qui évolueront sur le site Gabriel- Montpied (chirurgie cardiovasculaire, dialyse, pharmacie, etc.) et sur le site Estaing (ORL, cancérologie, etc.).
Notons que le concours de maitrise d’œuvre pour le projet « GM3 » a été relancé le 29 mars 2019. Le lauréat final sera connu en avril 2020. Ce dernier sera amené à dialoguer durant plusieurs mois avec les groupes de travail constitués d’agents du CHU pour ajuster son projet au plus près des besoins fonctionnels. En 2021, les appels d’offres pour les travaux seront lancés afin d’aboutir à une livraison attendue pour 2024.

La filière gériatrique enrichie 

Autre enjeu majeur, la filière gériatrique existante du CHU a dû s’adapter à l’évolution démographique du territoire. C’est en ce sens que, depuis décembre 2018, plusieurs unités se sont développées sur le site Louise- Michel : une unité cognitivo-comportementale, un pôle d’activité et de soins adaptés , et prochainement, une unité de médecine gériatrique, une unité mixte de court et moyen séjour post AVC et une unité mobile de gériatrie.
L’action du CHU porte également sur la fédération des énergies hospitalières de la région (de Brioude, Issoire à Riom en passant par le CHU, Enval, Le Mont-Dore et Billom) concernant la prise en charge du patient âgé. La dynamique de la filière gériatrique pourra se développer également sur le volet universitaire avec le recrutement en novembre prochain d’un praticien hospitalier, ancien interne au CHU de Clermont- Ferrand, parti compléter sa formation à l’AP-HP. 

Vers un pôle territorial de cancérologie

La cancérologie est l’un des axes principaux du précédent comme du nouveau projet médical du CHU de Clermont-Ferrand. En 2017, 3 627 nouveaux cas de cancer ont été pris en charge dans l’établissement (patients sans antécédents de cancer).
La Fédération de Cancérologie du CHU, créée en 2011, soutient une logique d’organes renforcée par des oncologues médicaux. Celle-ci s’organise autour d’un centre régional de cancérologie au CHU et en partenariat avec le Centre de lutte contre le cancer Jean- Perrin. Le travail accru des deux entités permettra la création d’un pôle territorial de cancérologie au sein du GHT «TerritoireS d’Auvergne Allier Puy-de-Dôme ». Ce maillage territorial s’appuiera sur une offre complète de toutes les spécialités en cancérologie avec les cancérologues d’organes et les oncologues médicaux visant une graduation des soins sur le territoire. il incluera à terme les GHT Cantal et Haute- Loire. La construction d’une filière organisée est envisagée également pour l’installation de praticiens hospitaliers dans des hôpitaux périphériques, sous forme de consultations avancées du CHU.
La répartition des disciplines au CHU a été décidée en Commission Médicale d’Etablissement le 26 mars 2018 en tenant compte des considérations suivantes : 
– Maintien sur 2 sites (Gabriel- Montpied et Estaing) des activités médico-chirurgicales de cancérologie,
– Maintien à Gabriel-Montpied de l’urologie et de l’onco-pneumologie,
– Transfert de l’ORL à Estaing en raison de sa double valence : pédiatrie et cancérologie,
– Maintien de l’onco-hématologie et de la cancérologie digestive à Estaing avec la nécessité d’une plateforme ambulatoire commune médico-chirurgicale,
– Maintien de l’onco-pédiatrie à Estaing,
– Projet de création d’un pôle à Estaing regroupant l’ORL, la dermatologie, l’odontologie et la chirurgie maxillo-faciale.

Développer l’activité ambulatoire

La part de l’activité ambulatoire au CHU de Clermont-Ferrand atteint 29,83 %, avec une prédominance évidente pour les disciplines d’ophtalmologie, d’ORL et de la chirurgie maxillo-faciale.
Les marges de progression sont importantes, grâce aux acquisitions en équipements biomédicaux et à l’évolution des traitements (biothérapie, chimiothérapie, etc.) En plus de l’unité dédiée à la prise en charge ambulatoire, depuis 2010 sur le site Estaing, l’opération GM3 sera l’occasion d’améliorer la plateforme ambulatoire autour de la chirurgie mais également d’un plateau technique important (bilans diagnostiques, médecine interventionnelle).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.