Projet « MODIC » : Nouvelle méthode de dépistage des cancers

Une équipe du CHU de Nancy a officiellement présenté son projet innovant de lutte contre le cancer en janvier 2008. Le projet «Modic» (Molecular Diagnostic and Imaging Cancer) vise à mettre au point une méthode de dépistage précoce de certains cancers combinant tests sanguins et imagerie médicale.

Une équipe du CHU de Nancy a officiellement présenté son projet innovant de lutte contre le cancer en janvier 2008. Le projet « Modic » (Molecular Diagnostic and Imaging Cancer) vise à mettre au point une méthode de dépistage précoce de certains cancers combinant tests sanguins et imagerie médicale.

Des tests ont été menés sur 46 personnes par l’équipe placée sous la responsabilité du professeur Gilles Karcher, chef de service de médecine nucléaire au CHU de Nancy. « Ces études préliminaires se sont révélées très prometteuses sur plusieurs types de cancer, en particulier les cancers du poumon et du colon » indique le Pr Karcher.

« Modic » est porté par un groupement d’intérêt économique (GIE) associant la société de biotechnologie Genclis, le CHU de Nancy et l’université Henri Poincaré. Le projet s’inscrit dans la continuité d’une découverte récente effectuée par Genclis. L’étude, portant sur la transcription, a démontré une concentration supérieure d’anticorps chez les patients atteint d’un cancer.

La transcription est la copie d’une molécule d’ADN (Acide Désoxyribo Nucléique) en une molécule d’ARN (Acide Ribo Nucléique). Jusqu’à présent, on pensait que la transcription créait une copie exacte de l’ADN. L’étude effectuée par Genclis montre que ce n’est pas toujours le cas. Chez les cellules cancéreuses, la transcription est infidèle. Cette infidélité entraîne la production de cellules anormales qui stimulent la production d’anticorps.

La fondation InNaBioSanté a décidé de financer le projet « Modic » à hauteur d’un million d’euros. Au-delà de la reconnaissance qu’implique une présentation du projet devant les responsables politiques, les sommes allouées à la recherche vont permettre de passer à une validation clinique qui sera menée sur 10 000 patients.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.