Prostate : Tours réunit toutes les compétences en un Institut Universitaire

Lors de la Journée européenne de la prostate, les tourangeaux sont invités à découvrir le nouvel Institut Universitaire de la Prostate qui ouvre ses portes les 16 et 17 septembre 2017. Pour marquer les esprits, une prostate géante de 4 mètres de haut sur 7 de long sera installée sur le parvis de l’hôpital Bretonneau. La visite guidée aie à pour mieux comprendre son fonctionnement, les troubles urinaires causés par le gonflement de la glande prostatique, la localisation possible des cancers, l'intérêt des différents traitements...
Lors de la Journée européenne de la prostate, les tourangeaux sont invités à découvrir le nouvel Institut Universitaire de la Prostate qui ouvre ses portes les 16 et 17 septembre 2017. Pour marquer les esprits, une prostate géante de 4 mètres de haut sur 7 de long sera installée sur le parvis de l’hôpital Bretonneau. La visite guidée aie à pour mieux comprendre son fonctionnement, les troubles urinaires causés par le gonflement de la glande prostatique, la localisation possible des cancers, l’intérêt des différents traitements…
Au CHU de Tours, les spécialistes de renom, urologues, anatomopathologistes, radiologues, médecins nucléaires, radiothérapeutes, oncologues médicaux, généticiens… coordonnent leur intervention au sein du nouvel institut. Ils proposent à chaque patient le traitement le mieux adapté à sa situation. Ils disposent pour cela des techniques les plus modernes, dépistage avec biopsie ciblée, interventions avec robot chirurgical et cyberknife.  
Un accès fiable et rapide pour les patients et leurs praticiens 
Les patients vont apprécier le numéro de téléphone unique qui les met directement en relation avec  l’institut. De même leur médecin traitant peut facilement joindre le spécialiste pour obtenir un avis fiable et rapide. 
En savoir plus sur…
le cancer de la prostate, le plus fréquent des cancers 
de l’homme adulte 
En France, plus de 50 000 nouveaux cas sont découverts chaque année. Au cours de sa vie, 1 français sur 8 se verra diagnostiquer un cancer de la prostate. La plupart des cancers de la prostate sont découverts avant 70 ans et le nombre d’hommes de plus de 65 ans devrait être multiplié par 4 entre 2000 et 2050 dans le monde. Le diagnostic du cancer de la prostate se fait sur les résultats de biopsies de la prostate. Des biopsies peuvent être proposées aux hommes dont le PSA quand le toucher rectal ou d’autres éléments font évoquer un cancer de la prostate. Il existe néanmoins des polémiques sur l’intérêt du dépistage et du traitement de ce cancer, cela est essentiellement due au fait que cette pathologie est rarement grave. Pourtant certains hommes finissent par avoir des métastases, il faut donc bien savoir sélectionner ceux qui doivent avoir un traitement de ceux qui peuvent être surveillés.
Pour contacter l’IUP : 02 47 47 70 70 – href= »mailto:institut-prostate@chu-tours.fr »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.