Prothèse de hanche en ambulatoire dynamique : opération et sortie debout le même jour à Rennes

100 patients opérés d'une prothèse de hanche ont bénéficié du savoir-faire rennais qui associe une chirurgie mini-invasive, qui épargne muscles et tendons, et une anesthésie modulée adaptée aux différents temps de l'intervention. Cette double compétence permet le réveil précoce d'un patient pleinement conscient, invité d'emblée à marcher en plein appui.

100 patients opérés d’une prothèse de hanche ont bénéficié du savoir-faire rennais qui associe une chirurgie mini-invasive, qui épargne muscles et tendons, et une anesthésie  modulée adaptée aux différents temps de l’intervention. Cette double compétence permet le réveil précoce d’un patient pleinement conscient, invité d’emblée à marcher en plein appui. Le patient devient acteur de sa prise en charge thérapeutique… avec une formation préalable. Explications.

La chirurgie de prothèse totale de hanche (PTH) en ambulatoire, dynamique initiée par le docteur Jean-Louis Polard, chirurgien orthopédiste, l’équipe médico-soignante ‘adresse à une population choisie invitée à suivre un parcours de soins protocolisé :
La consultation chirurgicale permet d’abord d’établir le diagnostic, de sélectionner le patient volontaire éligible à cette procédure ; toutes les informations sur la technique chirurgicale utilisée (voie antérieure mini-invasive sans table de traction en ce qui concerne le CHU de Rennes) et sur les risques inhérents à la chirurgie de prothèse totale de hanche lui sont également fournis.

Lors de la consultation anesthésique, l’absence de contre-indication médicale est confirmée et les prescription d’antalgiques post-opératoires immédiats ainsi que l’anticoagulation sont prescrits.

L’éducation thérapeutique, faite conjointement par une infirmière dédiée et par une kinésithérapeute, est fondamentale car elle permet au patient et son accompagnant de se projeter dans cette démarche de soins.

Un livret explicatif sur la prothèse totale de hanche par voie mini invasive est alors remis au patient.

Le déroulement de l’intervention

La journée dédiée à l’intervention commence dans le service ambulatoire (et non de chirurgie orthopédique traditionnelle) permet de rencontrer un personnel rompu à cette procédure d’hospitalisation.
L’intervention dure environ 1h15.
Le réveil s’effectue sur table et, une fois la radiographie post-opératoire contrôlée par le chirurgien, le lever est autorisé en salle de réveil.
Le patient est alors reconduit dans le service où se poursuit la rééducation permettant le retour à domicile vers 17 heures.
Les critères de sortie comportent une douleur contrôlée, une absence de vomissement, le transfert lit-fauteuil maîtrisé, une marche supérieure à 50 mètres et la pratique d’un escalier.
Le suivi à distance est alors réalisée par le service ambulatoire via des SMS et par contact téléphonique direct avec l’infirmière de liaison du lendemain de l’intervention jusqu’au 8ème jour.
« La prothèse totale de hanche en ambulatoire est finalement la rencontre d’un patient motivé et d’une équipe médico-chirurgicale et soignante également impliquée dans l’amélioration des pratiques professionnelle permettant de réduire la durée d’hospitalisation sans prendre de risque supplémentaire par rapport à une hospitalisation traditionnelle », souligne le Dr Jean-Louis Polard.
Ce travail, initié il y a un peu plus de deux ans, a été évalué par deux thèses, l’une médicale et l’autre chirurgicale, permettant de valider la procédure et de l’élargir au plus grand nombre dans le service. 100 patients ont été opérés avec une satisfaction quasiment unanime.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.