Prothèse totale de hanche en une journée désormais proposée au CHU de Caen Normandie

Un patient âgé de 69 ans, entré le matin au CHU de Caen Normandie pour la pose d’une prothèse totale de hanche par le Pr Christophe Hulet, a pu regagner son domicile le soir même. Une réussite tant pour la personne opérée que pour les équipes mobilisées. Avec cette avancée, le CHU élargit son offre de chirurgies ambulatoires aux opérations orthopédiques lourdes qui auparavant exigeaient 4 à 5 jours d’hospitalisation. Le CHU Caen Normandie rejoint ainsi le groupe élitiste des établissements aux parcours cliniques performants, en mesure d’effectuer une telle opération. En France, moins de 1% des 120 000 à 140 000 prothèses totales de hanche posées chaque année sont réalisées en ambulatoire… même si la tendance se développe.
Un patient âgé de 69 ans, entré le matin au CHU de Caen Normandie pour la pose d’une prothèse totale de hanche par le Pr Christophe Hulet, a pu regagner son domicile le soir même. Une réussite tant pour la personne opérée que pour les équipes mobilisées. Avec cette avancée, le CHU élargit son offre de chirurgies ambulatoires aux opérations orthopédiques lourdes qui auparavant exigeaient 4 à 5 jours d’hospitalisation. Le CHU Caen Normandie rejoint ainsi le groupe élitiste des établissements aux parcours cliniques performants, en mesure d’effectuer une telle opération. En France, moins de 1% des 120 000 à 140 000 prothèses totales de hanche posées chaque année sont réalisées en ambulatoire… même si la tendance se développe. 

Une intervention courante mais un mode opérationnel nouveau

La pose de pose d’une prothèse totale de hanche en ambulatoire est le résultat d’une optimisation du processus de soins grâce à la collaboration entre chirurgiens et anesthésistes et avec l’ensemble des équipes paramédicales (secrétaires, unités de soins et bloc opératoire) et d’anesthésie (Dr Pégoix). Tout est centré et organisé autour du patient qui devient acteur de sa prise en charge. Cette mise en synergie de tous les intervenants garantit la continuité des soins et  renforce la mise en confiance du patient.

Des pré-requis sont indispensables avec l’éligibilité du patient

En ambulatoire, le patient entre le matin de son intervention et sort le jour même sans passer de nuit à hôpital. Pour qu’il puisse regagner aussi vite son domicile, le patient doit remplir un certain nombre de conditions (ce que l’on nomme son éligibilité). Il doit être accompagné, avoir un environnement extérieur suffisant, comprendre les informations, son intervention et son état de santé et répondre à certains critères…
L’information du patient est primordiale. Des échanges complets et réguliers pour expliquer, informer et répondre aux interrogations du patient sont indispensables. 

La nécessité de l’optimisation de l’acte chirurgical

L’impact de l’acte chirurgical sur l’état général du patient est le même que pour une opération traditionnelle. Par contre, la douleur est allégée, la durée de l’intervention réduite, la gestion préopératoire du jeun et celle de la réalimentation post-opératoire sont précisément adaptées au patient. Le temps de récupération pour le patient est, quant à lui, identique en ambulatoire ou hospitalisation classique, mais la prise en charge va permettre son suivi à domicile dans un cadre connu avec un confort quotidien et non en milieu hospitalier : le patient devient plus directement acteur de ses soins.
Une relation étroite, une confiance réciproque, une adaptation de l’acte et la disponibilité des équipes sont les facteurs clés de la réussite et du suivi en ambulatoire.
Le virage ambulatoire du CHU Caen Normandie se confirme en chirurgie orthopédique avec des interventions lourdes comme les poses de prothèses de hanche, du genou ou de l’épaule réalisées au sein du département par les Dr Rochcongar, Dr Dunet et Dr Chapus… 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.