Prothèses articulaires : l’AP-HP retire les prothèses incriminées malgré leur marquage CE

Un rapport de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé (ANSM) publié le 2 mai 2013 pointe des irrégularités réglementaires importantes liées à la mise sur le marché et l’utilisation de certaines prothèses de hanche de la société CERAVER non certifiées CE. Selon l'Agence, les implantations ont été faites dans une soixantaine d’établissements hospitaliers en France dont certains appartenant à l’AP-HP.

Un rapport de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé (ANSM) publié le 2 mai 2013 pointe des irrégularités réglementaires importantes liées à la mise sur le marché et l’utilisation de certaines prothèses de hanche de la société CERAVER non certifiées CE.  Selon l’Agence, les implantations ont été faites dans une soixantaine d’établissements hospitaliers en France dont certains appartenant à l’AP-HP. 
Dans un communiqué publié le même jour, l’AP-HP rappelle que l’achat de prothèses fait l’objet de procédures rigoureuses. Les chirurgiens de l’AP-HP n’utilisent que des prothèses avec marquage CE notifié. Le matériel en question n’ayant pas changé de référence, il n’y avait donc pour l’AP-HP aucune raison de s’interroger sur la nécessité d’un nouveau marquage CE.
Néanmoins, au regard du rapport de l’ANSM, l’AP-HP a décidé de retirer immédiatement les produits incriminés. Dans le cadre de ses marchés, l’AP-HP dispose d’autres produits permettant d’assurer la continuité de la prise en charge de ses patients.
En ce qui concerne les constats réalisés par l’ANSM à l’hôpital Ambroise Paré, l’AP-HP indique que les prothèses implantées étaient également marquées CE. Une enquête interne a été immédiatement diligentée par Mireille Faugère, directrice générale de l’AP-HP et le Professeur Loïc Capron, président de la Commission médicale d’établissement, pour répondre aux questions posées par l’ANSM.
Enfin l’AP-HP rappelle que ses chirurgiens sont en contact régulier avec leurs patients pour un suivi médical renforcé.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.