Prothèses articulaires : l’AP-HP retire les prothèses incriminées malgré leur marquage CE

Un rapport de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé (ANSM) publié le 2 mai 2013 pointe des irrégularités réglementaires importantes liées à la mise sur le marché et l’utilisation de certaines prothèses de hanche de la société CERAVER non certifiées CE. Selon l'Agence, les implantations ont été faites dans une soixantaine d’établissements hospitaliers en France dont certains appartenant à l’AP-HP.

Un rapport de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé (ANSM) publié le 2 mai 2013 pointe des irrégularités réglementaires importantes liées à la mise sur le marché et l’utilisation de certaines prothèses de hanche de la société CERAVER non certifiées CE.  Selon l’Agence, les implantations ont été faites dans une soixantaine d’établissements hospitaliers en France dont certains appartenant à l’AP-HP. 
Dans un communiqué publié le même jour, l’AP-HP rappelle que l’achat de prothèses fait l’objet de procédures rigoureuses. Les chirurgiens de l’AP-HP n’utilisent que des prothèses avec marquage CE notifié. Le matériel en question n’ayant pas changé de référence, il n’y avait donc pour l’AP-HP aucune raison de s’interroger sur la nécessité d’un nouveau marquage CE.
Néanmoins, au regard du rapport de l’ANSM, l’AP-HP a décidé de retirer immédiatement les produits incriminés. Dans le cadre de ses marchés, l’AP-HP dispose d’autres produits permettant d’assurer la continuité de la prise en charge de ses patients.
En ce qui concerne les constats réalisés par l’ANSM à l’hôpital Ambroise Paré, l’AP-HP indique que les prothèses implantées étaient également marquées CE. Une enquête interne a été immédiatement diligentée par Mireille Faugère, directrice générale de l’AP-HP et le Professeur Loïc Capron, président de la Commission médicale d’établissement, pour répondre aux questions posées par l’ANSM.
Enfin l’AP-HP rappelle que ses chirurgiens sont en contact régulier avec leurs patients pour un suivi médical renforcé.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.