Prothèses imprimées en 3D bientôt remboursées par l’assurance maladie ?

Lyon tente de répondre à cette question en conduisant une étude médico-économique sur une cohorte de 50 patients traités dans une dizaine de centres. Explications... Les prothèses imprimées en 3D bien plus chères que des prothèses classiques ont l’avantage d’être totalement personnalisées et d’éviter de nombreuses complications per et post opératoires. Aussi pour comparer le prix de revient de ces nouveaux dispositifs avec une chirurgie traditionnelle, il est important de tenir compte de toutes les dépenses survenues dans le parcours du patient et pas seulement du coût de l'implant. Telle est l'enjeu la recherche lyonnaise.
Lyon tente de répondre à cette question en conduisant une étude médico-économique sur une cohorte de 50 patients traités dans une dizaine de centres. Explications… 
Les prothèses imprimées en 3D bien plus chères que des prothèses classiques ont l’avantage d’être totalement personnalisées et d’éviter de nombreuses complications per et post opératoires. Aussi pour comparer le prix de revient de ces nouveaux dispositifs avec une chirurgie traditionnelle, il est important de tenir compte de toutes les dépenses survenues dans le parcours du patient et pas seulement du coût de l’implant. Telle est l’enjeu la recherche lyonnaise.
Les prothèses imprimées en 3D bouleversent la chirurgie. En chirurgie maxillo-faciale, elles permettent par exemple, de reconstruire une orbite oculaire au lieu de greffer le patient avec son propre os prélevé au niveau du crâne. C’est sur cette base que l’équipe de chirurgie maxillo-faciale du Pr Arnaud Gleizal de l’hôpital de la Croix Rousse-HCL a été retenue pour mener un Programme de Recherche en Médico-Economie (PRME) afin d’évaluer les coûts et les bénéfices cliniques liés à l’utilisation d’un implant en titane poreux imprimé en 3D à partie des images du patient. 
Si l’étude prouve sa supériorité par rapport à la greffe classique, ces prothèses pourraient être remboursées par l’assurance maladie. Pour le moment, c’est l’hôpital public qui s’acquitte de la facture pour le bien-être de ses patients.
Les HCL sont le premier établissement à coordonner un projet de recherche de cette envergure sur un produit de santé issu de l’impression 3D médicale. Dans le cadre de cette étude, une cinquantaine de patients dans une dizaine de centres en France pourront bénéficier de cette technologie coûteuse mais d’avenir.

De nombreux avantages plaident en faveur d’une prothèse 3D

« On constate une nette amélioration à la fois fonctionnelle et esthétique pour les patients avec une diminution des orbites enfoncées et de la vision double ». explique Dr Jean Thomas Bachelet, chirurgien maxillo-facial aux HCL, « et par rapport à la prise en charge actuelle par autogreffe » complète-t-il « la prothèse 3D permet une réduction du temps opératoire et des zones opérées ainsi que moins de handicaps durables liés aux traumatismes orbitaires ».

9 Programmes de Recherche médico-économiques nationaux ont été attribués fin 2017 par le ministère de la santé. 3 d’entre eux ont été remportés par les HCL.  

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.