Protocole de recherche sur l’embryon

Le CHRU de Montpellier est le premier Centre Hospitalier autorisé à dériver des cellules souches embryonnaires humaines. Cette autorisation a été accordée le 13 juillet 2006 par l'Agence de Biomédecine. La présence sur le même site de l'Unité d'AMP/DPI et de l'Institut de Recherche en Biothérapie font de Montpellier un des tout premiers centre d'expertise dans ce domaine.

Le CHRU de Montpellier est le premier Centre Hospitalier autorisé à mettre en oeuvre un protocole de recherche sur l’embryon ayant pour finalité la dérivation de nouvelles lignées de cellules souches embryonnaires humaines. Cette autorisation a été accordée le 13 juillet 2006 par l’Agence de Biomédecine. La présence sur le même site de l’Unité d’AMP/DPI et de l’Institut de Recherche en Biothérapie font de Montpellier un des tout premiers centre d’expertise dans ce domaine.

Ces recherches seront effectuées sur des embryons conçus in vitro lors d’une FIV dans l’Unité d’Assistance Médicale à la Procréation et du diagnostique génétique préimplantatoire (AMP/DPI) du CHU de Montpellier.

Il s’agit d’embryons âgés d’une semaine et voués à la destruction parce qu’ils sont soit en surnombre dont la qualité n’est pas compatible avec une congélation. La réalisation de cette recherche aura lieu à l’Institut de Recherche en Biothérapie (Pr B Klein) sous la direction du Dr J de Vos et du Pr S. Hamamah dont les buts : améliorer les connaissances fondamentales de ces cellules avant d’envisager de développer des modèles de traitement de maladies humaines, et élaborer des modèles d’étude de certaines maladies génétiques.

La médecine régénératrice consiste à utiliser des cellules saines comme médicament pour régénérer un organe dont les cellules ont été détruites, dans des pathologies aussi sévères que fréquentes telles que l’infarctus du myocarde ou les maladies neuro-dégénératives. Dans ce cadre, les cellules souches embryonnaires se présentent comme un grand espoir comme source de cellules pour réparer des organes endommagés.

Le CHRU de Montpellier est le premier Centre Hospitalier autorisé à dériver des cellules souches embryonnaires humaines. La présence sur le même site de l’Unité d’AMP/DPI et de l’Institut de Recherche en Biothérapie font de Montpellier un des tout premiers centre d’expertise dans ce domaine.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.