Protonthérapie à Toulouse : le ministre favorable

En visite sur le site du futur cancéropôle, le 20 mars 2007 , Xavier Bertrand, ministre de la santé et des solidarités, s'est déclaré favorable à l'installation d'une « d'une chaîne de radiothérapie innovante et exemplaire" comprenant un équipement de protonthérapie.

En visite sur le site du futur cancéropôle, le 20 mars 2007 , Xavier Bertrand, ministre de la santé et des solidarités, s’est déclaré favorable à l’installation d’une « d’une chaîne de radiothérapie innovante et exemplaire » comprenant un équipement de protonthérapie.

Selon Xavier Bertrand, le chantier du cancéropôle de Toulouse est le projet le plus abouti du plan cancer.

Avec ce nouvel équipement, Toulouse deviendrait le troisième centre de protonthérapie de France, après l’Institut Curie à Orsay et le Centre Antoine Lacassagne de Nice.

Apport de la protonthérapie dans le traitement des cancers

La protonthérapie a pour avantages une très faible dispersion latérale du faisceau d’irradiation, du fait de la diffusion limitée des protons et un dépôt d’énergie sous forme d’un pic dont la profondeur est parfaitement contrôlable. Ces caractéristiques autorisent une adaptation très précise, en trois dimensions, de la distribution de la dose au volume cible. On peut ainsi augmenter les doses délivrées à la cible tout en diminuant l’irradiation des tissus voisins sains, évitant les complications.

Cancéropôle : données repères

Implanté sur l’ancien site d’AZF de Langlade, l’établissement se définit à la fois hôpital du Cancéropôle de Toulouse et comme un centre de recherche et de soins dédié à la lutte contre le cancer.

Au total, 1 200 professionnels de santé viendront travailler dans ce nouvel établissement à taille humaine de 60 000 m² comprenant de 312 lits et places. L’opération estimée à 300 millions d’euros bénéficie d’un financement national.

Calendrier du projet
– juillet 2007 : choix de l’équipe de conception du bâtiment
– mars 2008 : fin de la dépollution du terrain d’assiette de la « Clinique Universitaire du Cancer »
– septembre 2008 : début des travaux de construction
– fin 2011 : fin des travaux de construction

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.