Psychiatrie : accord public/privé dans le Nord-Finistère

L'hôpital de Landerneau – qui partage une direction commune avec le CHRU de Brest- et la Clinique Pen An Dalar de Guipavas - gérée par la Générale de Santé - viennent de signer une convention qui va simplifier la vie des patients du Finistère souffrant de maladies psychiatriques.

L’hôpital de Landerneau – qui partage une direction commune avec le CHRU de Brest- et la Clinique Pen An Dalar de Guipavas – gérée par la Générale de Santé – viennent de signer une convention qui va simplifier la vie des patients du Finistère souffrant de maladies psychiatriques. 
 
L’accord passé entre les deux établissements distants de quelques 18 km garantit la continuité de soins et un suivi sur le long terme quel que soit l’établissement initial de prise en charge. Cette fluidité de communication entre les sites réduit les délais ou ruptures préjudiciables et porte en elle les bases d’un réseau de soins psychiatriques.
Pour la centaine de professionnels exerçant sur chacun des sites, le partenariat participe à l’amélioration de l’offre de soins en rapprochant les équipes et en harmonisant les pratiques tout en préservant les spécificités de chaque structure, notamment l’hospitalisation sous contrainte propre à l’hôpital public.
La clinique Pen An Dalar accueille en grande majorité des patients du Finistère, l’Hôpital de Landernau ceux du secteur 13. Ils disposent respectivement d’une centaine et d’une soixantaine de lits et places en psychiatrie.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.