Psychiatrie enfant et ado, le Dr Alexis Revet (Toulouse) lauréat du prix de recherche SFPEADA

Le 1er prix de recherche 2019 de la Société française de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent et disciplines associées (SFPEADA) a été décerné au Dr Alexis Revet, CHU de Toulouse. Le jury a récompensé ses travaux sur l'évolution de la prescription d’antidépresseurs chez les enfants et les adolescents français. A l'heure où l'exploitation des Big Data soulève des inquiétudes, cette étude démontre l'apport des bases de données de l’Assurance Maladie en matière d'enseignements pharmaco-épidémiologiques.

Le 1er prix de recherche 2019 de la Société française de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent et disciplines associées (SFPEADA) a été décerné au Dr Alexis Revet*, CHU de Toulouse. Le jury a récompensé ses travaux sur l’évolution de la prescription d’antidépresseurs chez les enfants et les adolescents français. A l’heure où l’exploitation des Big Data soulève des inquiétudes, cette étude démontre l’apport des bases de données de l’Assurance Maladie en matière d’enseignements pharmaco-épidémiologiques.
Centrée sur l’évolution de la prescription d’antidépresseurs chez les enfants et les adolescents français sur une période longue (2009-2016), la recherche d’Alexis Revet a été effectuée à partir des bases de données de l’Assurance Maladie. Elle a été conduite au sein du Service de Pharmacologie du CHU de Toulouse sous la direction du Docteur Maryse Lapeyre-Mestre. 
Les résultats soulignent le paradoxe français relatif à la prescription d’antidépresseurs. En effet, en pédiatrie, le niveau d’utilisation des antidépresseurs reste relativement stable, en contraste avec l’augmentation très marquée de la consommation d’antidépresseurs en population pédiatrique constatée dans plusieurs pays européens comparables à la France et aux États-Unis sur la même période. Ces résultats surprennent d’autant plus que le niveau de consommation d’antidépresseurs chez les adultes français figure parmi les plus élevés au monde. Ce double paradoxe pourrait constituer un marqueur de certaines spécificités de la psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent en France, qui sont discutés dans l’article tiré de la thèse.
Par ailleurs, cette étude a mis en évidence un certain nombre de motifs d’inquiétude : un fort niveau de prescriptions hors-AMM (30% des prescriptions) ; le fait que 80% des premiers prescripteurs étaient des médecins généralistes ; enfin, et c’est peut-être le résultat le plus intéressant de cette étude, le faible niveau socio-économique des familles de ces enfants ayant reçu des antidépresseurs.
Au total, cette étude descriptive, relativement simple dans son design, illustre les perspectives ouvertes par l’utilisation de la recherche pharmaco-épidémiologique à partir des bases de données de l’Assurance Maladie, appliqué au champ de la santé mentale de l’enfant et de l’adolescent. Elle permet également de discuter certaines des difficultés actuelles de la psychiatrie d’enfant et d’adolescent en France, en particulier le manque de psychiatres d’enfants et d’adolescents et le manque de reconnaissance universitaire de la discipline.
En savoir plus sur la SFPEADA
La SFPEADA est la plus ancienne société scientifique de pédopsychiatrie et compte plus de 800 membres. Tous les deux ans elle demande à un jury d’experts d’attribuer trois prix à des travaux de recherche dans le champ de la santé mentale de l’enfant et de l’adolescent.
Le Dr Alexis Revet présente en vidéo ses travaux de recherche et leurs enjeux pour la pédopsychiatrie 
*Le Dr Alexis Revet est chef de clinique-assistant des hôpitaux au sein du Service universitaire de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent (SUPEA) 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.