Psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent à Nancy

Concrétisation d'un partenariat fort entre le Centre Psychothérapique de Nancy et le CHU de Nancy conventionnés depuis 1993, le service de pédopsychiatrie du Dr Bernard Kabuth est hébergé au sein de l'hôpital d'enfants du CHU. « Une localisation non stigmatisante, souligne le chef de service.

Concrétisation d’un partenariat fort entre le Centre Psychothérapique de Nancy et le CHU de Nancy conventionnés depuis 1993, le service de pédopsychiatrie du Dr Bernard Kabuth est hébergé au sein de l’hôpital d’enfants du CHU. « Une localisation non stigmatisante, souligne le chef de service. Paradoxalement, plus les pathologies sont lourdes, plus les patients ont le souci de ne pas être perçus comme malades psychiatriques. »

Après un an et demi de travaux, l’unité d’hospitalisation voit sa capacité d’accueil augmentée à 10 lits et son confort hôtelier amélioré. « Une chambre est désormais réservée à la mère adolescente et à son enfant, afin de recréer un lien affectif souvent absent. »

L’architecture originale a su tourner à son avantage les contraintes liées à l’environnement hospitalier en privilégiant espace, ouverture et rupture des lignes. Un mur d’expression utilisé comme « défouloir créatif » par les patients traités principalement pour tentatives de suicide et anorexies mentales, participe de cette originalité.

2 salles d’enseignement permettront à l’association AISCObam (AIde SCOlaire Bénévole aux Adolescents Malades) d’assurer sa mission de suivi de la scolarisation des adolescents durant leur séjour à l’hôpital.
Symbole d’un travail coordonné et efficace entre les équipes médicales et soignantes du CPN et du CHU, la nouvelle unité ouvrira ses portes aux patients début juin 08.

CONTACT
Centre Psychothérapique de Nancy
www.cpn-laxou.com

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.