Psychiatrie : l’accompagnement tutoral des nouveaux infirmiers

Depuis trois ans, le pôle Psychiatrie du CHU de Saint-Etienne conduit une expérience originale et enrichissante pour les équipes soignantes. Un groupe pilote a ainsi procédé à la mise en oeuvre du tutorat pour les nouveaux infirmiers en psychiatrie, conformément à la circulaire du 16 janvier 2006.

Depuis trois ans, le pôle Psychiatrie du CHU de Saint-Etienne conduit une expérience originale et enrichissante pour les équipes soignantes. Un groupe pilote a ainsi procédé à la mise en oeuvre du tutorat pour les nouveaux infirmiers en psychiatrie, conformément à la circulaire du 16 janvier 2006.

Composé de cinq cadres de santé et d’un cadre de santé supérieur, le groupe organise l’accompagnement individuel de tout nouveau professionnel ayant moins de deux ans de pratique par un ancien professionnel exerçant depuis au moins cinq ans en psychiatrie. Outre ce tutorat, le groupe assure également la formation des jeunes diplômés afin de consolider les savoirs.

La démarche repose sur le volontariat des tuteurs comme des tutorés.
Au départ, 28 tuteurs avaient posé leur candidature pour 55 tutorés, en sachant que la liste des nouveaux tutorés s’allonge régulièrement au gré des départs à la retraite (68 départs à la retraite sont prévus dans les deux ans à venir).

Un tuteur a deux tutorés en moyenne
« Nous avons volontairement « mixé » les rencontres entre professionnels. Ainsi un tuteur de tel service a un tutoré d’un autre site et service. Les duos sont formés au hasard car nous tenons à distinguer l’accompagnement au quotidien, qui est de la responsabilité des équipes de soins, d’un accompagnement tutoral où la prise de distance est importante, le regard sur les soins pouvant être réfléchi. Ensuite les rencontres sont organisées par les acteurs eux-mêmes en toute confidentialité quand aux échanges », précise Sylvie Giraud, cadre de santé.

Des outils de progression, de bilan, sont utilisés par les professionnels si nécessaire
Le groupe pilote organise des rencontres régulières avec les tuteurs pour évoquer les points positifs, comme négatifs. La mise en place de la procédure est longue etdemande rigueur, suivi au quotidien et beaucoup de conviction.
A l’issue de trois années de fonctionnement, les résultats sont plus qu’encourageants. On constate un meilleur professionnalisme des tutorés à travers le positionnement, la clinique, la réflexion engagée. On observe également une certaine satisfaction des anciens professionnels qui y voient un excellent moyen de transmission des savoirs spécifiques à la psychiatrie. Le groupe souhaite donc que la démarche perdure et soit totalement intégrée dans les pratiques.

Grâce au Plan Santé Mentale, 2,5 postes de remplacement infirmier ont pu être financés ainsi que des formations (15 jours pour les nouveaux diplômés et 4 jours pour les tuteurs)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.