Psychiatrie : le Kinball séduit les personnes suivies en hôpital de jour et leurs soignants

La science reconnait les bienfaits du sport sur la santé et chacun en est convaincu mais pas forcément motivé ni prêt à changer de comportement. Pourtant, au-delà du maintien de sa forme et de la protection contre certaines maladies cardiovasculaires, cancers, diabète, le sport favorise l’insertion sociale et améliore la lutte contre le stress et l’anxiété. Pour inciter les personnes souffrant de troubles mentaux à pratiquer une activité physique, le service des sports et le CHRU de Tours invitent depuis deux ans les patients suivis dans les structures de jour de psychiatrie et stabilisés à rejoindre l’un des 4 programmes sportifs : Kinball, gymnastique aquatique, course d’orientation et récemment la marche nordique. Pour promouvoir les vertus du sport sur la santé mentale, la journée du 13 septembre 2016 sera dédiée l’emblématique Kinball.
La science reconnait les bienfaits du sport sur la santé et chacun en est convaincu mais pas forcément motivé ni prêt à changer de comportement. Pourtant, au-delà du maintien de sa forme et de la protection contre certaines maladies cardiovasculaires, cancers, diabète, le sport favorise l’insertion sociale et améliore la lutte contre le stress et l’anxiété. Pour inciter les personnes souffrant de troubles mentaux à pratiquer une activité physique, le service des sports et le CHRU de Tours invitent depuis deux ans les patients suivis dans les structures de jour de psychiatrie et stabilisés à rejoindre l’un des 4 programmes sportifs : Kinball, gymnastique aquatique, course d’orientation et récemment la marche nordique. Pour promouvoir les vertus du sport sur la santé mentale, la journée du 13 septembre 2016 sera dédiée l’emblématique Kinball. Au programme : animations et tournoi au Palais des Sports de Tours qui réunira les patient des services de psychiatrie de Tours et d’Indre-et-Loire.
Plus équilibrés sur le plan psychique, les patients des hôpitaux de jour de psychiatrie souffrent de sédentarité secondaire due à l’évolution de leur maladie, aux conséquences médicamenteuses et également à des pathologies associées type obésité, diabète ou hypercholestérolémie. Ces patients sont demandeurs d’activités sportives mais éprouvent des difficultés à entreprendre seuls une démarche d’inscription dans un club. Les équipes de soins de l’ Espace de Jour de Psy A et de l’hôpital de jour de la Douzillière en Psy B répondent à cette demande en organisant des activités thérapeutiques physiques encadrées par des infirmiers et dans la mesure du possible par des professionnels extérieurs afin de bénéficier de leur savoir-faire et de leurs compétences spécifiques.
Ainsi, tous les mardis depuis septembre 2014, des éducateurs sportifs formés au sport/handicap interviennent pour initier et adapter les exercices aux capacités du groupe, une douzaine d’amateurs par séance.

En savoir plus sur le Kinball, sport du plaisir et du partage 

Né au Québec à la fin des années 80, le Kinball est un sport d’équipe qui se joue avec une balle de plus d’un mètre de diamètre, ce qui rend ce sport assez spectaculaire ! Les règles du jeu ont été élaborées de manière à mettre l’accent sur le respect des autres joueurs et des arbitres, l’esprit d’équipe et l’implication permanente de tous les joueurs. Au CHU de Tours, 
Les patients bénéficiaires témoignent des bienfaits du Kinball : gain en réflexe, en développement de l’attention, divertissement « penser à autre chose », sentiment de bien-être, gain en estime et confiance en soi, lutte contre l’obésité, engagement sur le moyen terme…
De leur côté, les soignants insistent sur l’aspect collectif du jeu « Le Kinball développe l’attention à l’autre, il permet de se repérer et de repérer l’autre dans l’espace. C’est un sport qui nécessite une cohésion de groupe qui passe entre autres par la communication. Il signe une appartenance à un groupe donné (connivence) et revalorisation. Le kinball stimule l’interaction sociale, la mémoire, l’échange, le raisonnement, la résolution de problèmes, la prise de décision (est-ce que mes coéquipiers sont tous là pour lancer le ballon ?) ainsi que la perception du corps dans l’espace, l’attention, la motricité et les émotions. Ce sport permet d’être dans le plaisir et le partage et d’accéder tout simplement à une activité sportive."
Ces activités bénéficient du soutien financier de mécènes : AG2R pour 2014-2015, Malakoff Médéric pour 2015-2016 et Klesia pour 2016-2017.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.