Psychiatrie : le projet des secteurs adultes GO4 et G05 de Grande-Terre

Le CHU de Pointe-à-Pitre gère deux des sept secteurs de psychiatrie adulte et vient d'achever l'élaboration de leur projet. Le projet de secteur a été rédigé à partir de l'analyse des besoins de la population et des personnes prises en charge dans les différentes structures de soins. Il tient également compte des réflexions des équipes pluridisciplinaires.

Le 17 août 2000, un comité de pilotage a été constitué. Il représentait toutes les structures et catégories professionnelles (directeur adjoint, infirmier général, médecins, cadres supérieurs, cadres de santé, ASH, aides-soignantes, assistantes sociales, psychologues, secrétaires médicales, infirmiers, ergothérapeutes et éducateurs spécialisés). Des séances de travail ouvertes à tous furent organisées afin de permettre à chacun de s’exprimer sur la carte d’identité du secteur, sur le programme de besoins et de formuler des propositions concrètes de mise en ?uvre d’une psychiatrie moderne.

Le programme de développement porte notamment sur :

– la mise en place des urgences psychiatriques et le développement de la psychiatrie de liaison,
– la mise en place d’un pôle instersectoriel de réadaptation psychosociale,
– le projet de l’utilisation de l’électroconvusivothérapie?

Les objectifs de progrès retenus sont :

– la réactualisation du dossier de soins
– la formalisation des réseaux de soins,
– l’élaboration de protocoles,
– le développement de l’intersectorialité
L’élaboration d’un programme de besoins dont l’un des éléments est la nécessité de moderniser les locaux d’hospitalisation des patients. Des constructions nouvelles sont planifiées notamment à horizon 2001.
Une période de transition a été prévue dans la mesure où tous les postes médicaux ne sont pas occupés et les équipes constituées. Quant aux locaux, des travaux de rénovation et d’entretien permettront d’attendre les nouveaux bâtiments dans de meilleures conditions.
Malgré ces difficultés, la dynamique de projet est lancée et le personnel poursuit la réflexion sur une pratique renouvelée.
Sa mobilisation permettra de faire disparaître tous les aspects asilaires de l’institution psychiatrique au profit d’une prise en charge moderne, ouverte sur l’extérieur.

Vers la modernisation de la psychiatrie

La large concertation des professionnels et l’analyse du système psychiatrique en Guadeloupe par les acteurs de terrain ont largement contribué à l’élaboration du Schéma Régional d’Organisation Sanitaire et Social (SROSS) de psychiatrie 2000-2004. Une enveloppe de 68 millions de francs (10 366 533 ?) a été attribuée à la santé mentale en Guadeloupe.

Les grandes orientations du SROSS
Optimisation de l’offre de soins

– réaffirmer l’importance et le rôle prépondérant de la politique de secteur
– réaffirmer le rôle fondamental du centre médico-psychologique
– externaliser les structures d’accueil de jour et augmenter les capacités d’accueil
– favoriser l’intersectorialité et la mise en réseau
– améliorer l’accueil et les conditions d’hébergement des patients en hospitalisation à temps complet

Principes de la prise en charge

– organiser les urgences psychiatriques
– développer la psychiatrie de liaison
– rendre adéquate la prise en charge des patients hospitalisés en psychiatrie
– rapprocher les lieux de prise en charge de lapidation en procédant à un nouveau
redécoupage sectoriel.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.