Psychotraumatisme : Nice retenu comme centre régional de coordination et de formation

Trois ans après les attentats du 13 novembre 2015 à Paris, plus de deux ans après celui de Nice, les victimes souffrent toujours. Traumatismes individuels et collectifs… Le stress et les maux engendrés par les traumatismes psychiques rendent nécessaires la coordination de tous les acteurs engagés dans ces soins particuliers et la création de nouveaux savoirs. D’autant que les risques populationnels grandissent avec les fortes densités urbaines. Pour mieux secourir les victimes et renforcer l’expertise, la Ministre de la Justice a annoncé la création à Nice d'un centre régional de coordination et de formation à la prise en charge du psychotraumatisme.

Trois ans après les attentats du 13 novembre 2015 à Paris, plus de deux ans après celui de Nice, les victimes souffrent toujours. Traumatismes individuels et collectifs… Le stress et les maux engendrés par les traumatismes psychiques rendent nécessaires la coordination de tous les acteurs engagés dans ces soins particuliers et la création de nouveaux savoirs. Cette organisation et cette spécialisation nouvelles se révèlent indispensables alors que les risques populationnels grandissent avec les fortes densités urbaines. Pour mieux secourir les victimes et renforcer l’expertise, la Ministre de la Justice a annoncé la création à Nice d’un centre régional de coordination et de formation à la prise en charge du psychotraumatisme. Cette désignation officielle atteste la reconnaissance de la qualité du travail collectif réalisé par le CHU de Nice, établissement porteur, avec le soutien de la Fondation Lenval, structure co-porteuse du projet. 
Psychotraumatisme : regrouper les expertises et les excellences des institutions et collectivités locales en un consortium
Le CHU de Nice a renforcé le volet sanitaire de la prise en charge du psychotraumatisme chez l’adulte grâce à la mise en place d’une unité spécifique. De son côté, la Fondation Lenval a fait de même à destination des enfants et adolescents. L’Assistance Publique des Hôpitaux de Marseille, a quant à elle, développé une expertise fondamentale en matière de psychotraumatisme grâce à des équipes médicales et soignantes engagées depuis 20 ans dans le volontariat des cellules d’urgence médico-psychologique (CUMP). 
La Métropole Nice Côte d’Azur, ainsi que la Ville de Nice, par l’intermédiaire de son centre communal d’action sociale et de la maison d’accueil des victimes, a structuré la réponse sociale. Enfin, l’Université Côte d’Azur poursuit un ambitieux programme de recherche et de formation dans ce domaine. Ces expertises et ces excellences existantes seront renforcées grâce à la création d’une équipe multidisciplinaire de coordination et de formation à la prise en charge du psychotraumatisme. Ces professionnels vont mobiliser leurs réseaux respectifs afin d’assurer aux victimes une réponse globale au sein du consortium.
Fort de cette dynamique et de cette mobilisation, le consortium a reçu l’appui de l’Agence Régionale de Santé de PACA qui a permis de renforcer le dispositif prévu initialement.
Et d’ores et déjà, les établissements sanitaires de la région PACA et de la Corse, des établissements sociaux et médico-sociaux, des collectivités territoriales, des associations d’aide aux victimes, les autorités de police et de justice, les ordres professionnels, les organismes de sécurité sociale, souhaitent rejoindre le projet.

La création d’un centre régional à Nice est une marque de confiance et de soutien affiché. C’est une chance pour les personnes victimes de psychotraumatisme de pouvoir bénéficier d’une prise en charge globale et coordonnée. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’obésité

Elle concerne 17% des adultes en France, a des origines multiples et peut entraîner de nombreuses complications – cardiovasculaires, hépatiques, rénales, respiratoires, dermatologiques, cancers, diabète – : cette maladie, c’est l’obésité. Alors que la journée mondiale le l’obésité a eu lieu le le 4 mars, la rédaction a souhaité lui consacrer un dossier.

CHU de la Réunion, se préparer au cyclone

Au cours de la nuit du 20 au 21 février dernier, l’île de la Réunion a évité le choc qu’aurait pu causer le cyclone baptisé Freddy, finalement passé à environ 190 km de ses côtes. Face à l’alerte orange, le CHU de la Réunion a lancé son plan cyclone pour anticiper les conséquences d’une potentielle catastrophe. Retour sur les mesures mises en place.

MARADJA, une décennie à accompagner les jeunes atteints de cancers

En France, environ neuf cent adolescents (15-18 ans) et mille quatre cent jeunes adultes (18-25 ans) sont touchés chaque année par le cancer. Au CHU de Bordeaux, un lieu particulier leur est destiné, MARADJA (Maison Aquitaine Ressources pour Adolescents et Jeunes Adultes), qui fête ses dix ans. Nous y avons rencontré Lucile Auguin, traitée à vingt-trois ans pour une leucémie aiguë.

Lactarium Raymond Fourcade, la page se tourne à Bordeaux

Le 5 décembre dernier, sur le site de l’hôpital Haut-Lévêque (Pessac), était posée la première pierre du futur Lactarium Raymond Fourcade. Le projet qui sera livré l’an prochain, 1200 m2 de bâti neuf doté d’équipements dernier cri, doit venir “conforter la place du CHU de Bordeaux comme le plus important lactarium au niveau national” ; et prendre le relais de l’actuel site de production basé à Marmande (Lot-et-Garonne), en fonctionnement depuis près d’un demi-siècle et que le CHU avait acquis en 2012.