Psychotraumatisme : un centre national de ressources et de résilience co-pilotés par Lille et l’AP‐HP

Développer la recherche et l’enseignement sur le psychotraumatisme et la résilience, sensibiliser les grand public à travers des outils numériques innovants. Tels sont les deux missions du centre national de ressources et de résilience (CN2R) dont la création avait été annoncée dans le cadre du plan interministériel d'aide aux victimes en novembre 2017. Le CHU de Lille et l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris ont été retenus pour assurer le pilotage national et coordonner les 10 centres de soins régionaux.

Développer la recherche et l’enseignement sur le psychotraumatisme et la résilience, sensibiliser les grand public à travers des outils numériques innovants. Tels sont les deux missions du centre national de ressources et de résilience (CN2R) dont la création avait été annoncée dans le cadre du plan interministériel d’aide aux victimes en novembre 2017.  Le CHU de Lille et l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris ont été retenus pour assurer le pilotage national et coordonner les 10 centres de soins régionaux.
« Le CN2R est centré sur l’apport de l’expérience des victimes /patients nos équipes et celles des centres de soins régionaux, et prend en compte toute la diversité des populations concernées, dans une approche globale du patient psychotraumatisé. » commente le Pr Guillaume Vaiva, CHU de Lille
Le projet du CN2R a pour objectif d’améliorer la prise en charge de victimes à tous âges dans des contextes divers tels que des

Améliorer les soins aux personnes victimes de violences ou d’agressions

Le psychotraumatisme touche les victimes d’attentats, de catastrophes naturelles ou industrielles, de viols, de violences familiales, de situations de harcèlement scolaire ou professionnel, de migrations, de prises en charge d’enfants de retour de pays en guerre,etc. 
Les professionnels s’appuieront notamment sur la mise en place d’une plateforme téléphonique dédiée d’accueil et d’orientation. Il aura pour ambition de développer la coordination entre les acteurs déjà engagés dans la prise en charge des psychotraumatismes, publics ou associatifs, et la formation de professionnels de santé concernés par de potentielles victimes. Il contribuera également à améliorer la connaissance du psychotraumatisme, et à élaborer des bonnes pratiques de prise en charge des troubles psychiques post‐traumatiques. 

Pour les aspects cliniques, les objectifs du CN2R portent sur :
> La fluidité et la coordination du parcours de soin ;
> La constitution d’un réseau de partenaires hospitaliers et extra‐hospitaliers, s’appuyant sur les complémentaritésentre les différents sites du CHU de Lille, de l’AP‐HP, d’autres hôpitaux et des structures associatives spécialisées,
> L’amélioration des délais d’accès pour l’ensemble des personnes exposées à des violences ou à un événement ayant entraîné ou étant susceptibles d’entraîner un psychotraumatisme, quelle que soit l’antériorité de ces violences
> Une approche globale, psychique et somatique,
> Un dispositif intégré, permettant d’intervenir tout au long de l’histoire traumatique, depuis l’évènement causal, sur le terrain, jusqu’à la période des troubles durables, ainsi que de permettre des interventions englobant une famille et prenant en compte chacun de ses membres.

Pour les aspects universitaires, les objectifs sont la formation des professionnels et la recherche, avec notamment :
> Une offre en bonnes pratiques et un transfert de connaissances élargies,
> Des actions d’enseignement et de sensibilisation auprès des professionnels de santé,
> Des programmes de recherche spécifiques.

Un centre pluridisciplinaire ouvert 

Porté par le Centre Hospitalier Universitaire de Lille (Pr Guillaume Vaiva) et l’AP‐HP (Pr Thierry Baubet), le Centre national de ressources et de résilience bénéficie d’une expertise clinique et universitaire majeure en provenance d’équipes très expérimentées, d’un réseau de partenaires nationaux et internationaux reconnus, mais aussi d’une articulation étroite avec les sciences humaines et sociales. 
En effet, le projet du CN2R s’articule autour d’un consortium pluridisciplinaire (anthropologues, sociologues, pédagogues, historiens, juristes, psychiatres d’adultes et d’enfants, psychologues, urgentistes, médecins légistes, responsables départementaux des Cellules d’urgence médico-psychologiques).
Le CN2R sera géré par un GIP indépendant, où seront réunis les financeurs, le CHU de Lille & l’APHP, des représentants associatifs, ainsi que les futurs centres collaborateurs adhérents.

10 centres régionaux de ressources et de résilience

• le CHU de Dijon avec 2 centres
• le CHU de Tours
• le CHU de Strasbourg
• le CHU de Lille
• les Hospices civils de Lyon
• les établissements de l’Assistance publique‐hôpitaux de Paris Sudet Nord (AP‐HP)
• le CHU de la Martinique
• le projet porté en commun par les trois CHU de la région Occitanie(Toulouse, Montpellier, Nîmes)
• le projet porté conjointement par le CHU de Nice et la Fondation Lenval

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.