Public et privé s’unissent pour construire une nouvelle stérilisation

Le CHU et les Nouvelles cliniques nantaises (NCN) s'unissent pour la constitution d'une unité de stérilisation de 2 200m² où seront préparés chaque jour près de 22 m3 de dispositifs médicaux stériles nécessaires au fonctionnement des sevices deux établissements. Ce partenariat sera présenté en avant-première lors de la journée portes-ouvertes grand public qui se tiendra le samedi 10 novembre de 13h30 à 17h00. Implantée sur le site de l'hôpital Saint-Jacques, la nouvelle stérilisation rerésente un investissement de 11 millions d'euros. Elle emploiera 63 professionnels équivalents temps plein (ETP) et ouvrira ses portes en avril 2013.

Le CHU et les Nouvelles cliniques nantaises (NCN) s’unissent pour la constitution d’une unité de stérilisation de 2 200m² où seront préparés chaque jour près de 22 m3 de dispositifs médicaux stériles nécessaires au fonctionnement des sevices deux établissements. Ce partenariat sera présenté en avant-première lors de la journée portes-ouvertes grand public qui se tiendra le samedi 10 novembre de 13h30 à 17h00. Implantée sur le site de l’hôpital Saint-Jacques, la nouvelle stérilisation rerésente un investissement de 11 millions d’euros. Elle emploiera 63 professionnels équivalents temps plein (ETP) et ouvrira ses portes en avril 2013.

 
Centraliser la stérilisation des deux établissements : une réponse aux exigences de qualité et de rentabilité
La nouvelle unité de stérilisation centrale garantira la qualité, la sécurité et la continuité de production de stérilisation au regard des exigences réglementaires. La mutualisation des compétences optimisera les ratios de production ainsi que les coûts d’exploitation et d’investissement.  Les deux établissements ont retenu une organisation de type industriel dans le cadre d’un marché de conception – réalisation.
La forme juridique du partenariat est celle groupement de coopération sanitaire (GCS) de moyens* – conformément au décret du 23 juillet 2010 – avec constitution d’un capital à parts égales entre les deux structures. Les pincipes de ce GCS de droit privé :
– l’administration du groupement est assurée par l’un des membres adhérents au groupement. L’administrateur rend compte à l’assemblée générale. Un premier mandat de 3 ans est confié au CHU de Nantes pour l’administration du GCS. 
– un comité technique restreint identifié, adossé à l’assemblée générale, a pour mission d’assurer le suivi de fonctionnement quotidien du groupement ;
– le CHU est propriétaire du bâtiment et de l’assise foncière.
– Le GCS en est le locataire.
La nouvelle unité de stérilisation : repères
Coût total de l’opération : 11 millions d’euros TTC.
L’opération intègre : les travaux ; les équipements du process (équipements lourds, équipements péri-stérilisation ) ; la validation selon référentiels en vigueur des équipements et du bâtiment ;  la formation du personnel à l’utilisation des équipements ; la maintenance des équipements de process et du bâtiment pour une durée de 4 ans ;  la fourniture d’un logiciel de supervision du processus ; les aménagements connexes à l’opération, tels que les voiries et réseaux divers (VRD), les aménagements extérieurs, les locaux techniques.
Pour assurer la production, la stérilisation centrale est équipée de :
• 4 cabines de lavage polyvalentes pour armoires de transport, bacs et conteneurs ;
• 12 laveurs-désinfecteurs 15 paniers avec déchargement automatique ;
• 8 stérilisateurs 12 paniers DIN avec chargement et déchargement automatiques
• 1 stérilisateur basse température ;
• 6 thermo-soudeuses à défilement continu ;
• équipements validés pour le nettoyage, la thermo-désinfection et la lubrification de l’instrumentation dynamique dentaire.
Groupement de conception réalisation maintenance
– Mandataire : Entreprise ETPO
– Architecte : AAHAJ – SARL Alain JANIAUD
– Bureau d’étude technique : EGIS Bâtiment Centre Ouest
– Co-traitant : Entreprise AXIMA SEITHA
– Equipements : Sous-traitant : MATACHANA

Date de l’opération : 26 avril 2011
Durée de l’opération : 2 ans (6 mois d’étude, 15 mois de travaux et qualifications, et 3 mois de marche à blanc) – date d’ouverture avril 2013
Superficie
La surface utile totale est de 1 369 m2, soit une surface dans œuvre d’environ 2 200 m2, intégrant les locaux techniques spécifiques et la circulation générale. L’opération consiste à réaliser un bâtiment monobloc sur trois niveaux dans le prolongement de l’actuel bâtiment blanchisserie, et à proximité immédiate de la pharmacie centrale-arsenal.
L’unité de stérilisation est construite sur trois niveaux :
• le rez-de-jardin dédié à la partie administrative et technique,
• le rez-de-chaussée haut dédié à la production,
• le plénum technique
Effectif : 63 personnels ETP
Nombre de personnel médical : 1,8 ETP
Nombre de personnel non-médical : 61,2 ETP
Métiers : pharmacien, cadre de santé, ingénieur qualité et gestion des risques, infirmier de bloc opératoire, agent de stérilisation
Production
Unité de stérilisation GCS nantais : 20 à 24 m3 par jour. A titre de comparaison, les Hospices Civils de Lyon produisent 35 m3 par jour et le CHU de Toulouse, 20 m3 par jour
Nombre d’interventions chirurgicales NCN et CHU : 400 par jour
Fonctionnement 7 jours / 7 – Amplitude horaire maximale 24 heures / 24

L’organisation repose sur le principe de la marche en avant, avec un système qualité basé sur des opérations de contrôles et de traçabilité à chaque étape
 
*GCS de moyens :  forme de droit commun des GCS. Il permet de mutualiser des moyens de toute nature :
 – moyens humains en vue de constituer des équipes communes de professionnels médicaux ou non médicaux ;
– équipements (équipements d’imagerie, plateaux techniques…) ;
– moyens immobiliers, fonciers ou encore systèmes d’information…
La mise en commun de moyens peut également concerner les fonctions administrative, logistique, technique ou médico-technique, ainsi que l’ensemble des moyens nécessaires aux soins (bloc opératoire par exemple), ou encore les activités d’enseignement et de recherche.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.