« PUOG » comme post-urgences d’orientation gériatrique

12 lits : c’est la capacité de l’unité de post-urgences d’orientation gériatrique installée au CHU de Nancy dans le bâtiment de Brabois adultes à proximité du service de gériatrie. Objectifs pour l’équipe volontaire dédiée à cette nouvelle unité : la prise en charge rapide et spécialisée, gériatrie et gérontologie, des personnes de plus de 75 ans, polypathologiques et fragiles, arrivées aux urgences de l’hôpital et nécessitant une hospitalisation courte afin de faire une première évaluation globale de leur état.

12 lits : c’est la capacité de l’unité de post-urgences d’orientation gériatrique installée au CHU de Nancy dans le bâtiment de Brabois adultes à proximité du service de gériatrie. Objectifs pour l’équipe volontaire dédiée à cette nouvelle unité : la prise en charge rapide et spécialisée, gériatrie et gérontologie, des personnes de plus de 75 ans, polypathologiques et fragiles, arrivées aux urgences de l’hôpital et nécessitant une hospitalisation courte afin de faire une première évaluation globale de leur état. Cette durée moyenne de séjour courte conjuguée à la forte réactivité des équipes, doit contribuer à réduire la durée globale de séjour de ces patients qui ne sont plus à leur place dans un hôpital dès lors qu’ils n’ont plus besoin des compétences médicales et soignantes.
Ces patients sont systématiquement examinés aux urgences par l’équipe mobile de gériatrie du CHU de Nancy qui les oriente par la suite en fonction de leur profil à l’unité PUOG. L’équipe mobile qui a une antenne au service d’accueil des urgences est composée de médecins, d’infirmières, d’une psychologue et d’une assistante sociale. Sa mission : aider les équipes hospitalières à l’évaluation et à la prise en charge globale médico-psycho-sociale de la personne âgée, c’est-à-dire la guider vers des soins et un encadrement appropriés à sa situation jusqu’à la préparation de sa sortie. Après cette première évaluation et prise en charge au sein de l’unité, les patients âgés sont réorientés soit vers leur domicile ou, si besoin, vers un autre service du CHU (court séjour, soins de suite et de réadaptation) ou une autre structure hospitalière.
La création de l’unité PUOG répond à la nécessité de gérer l’affluence croissante aux urgences de patients âgés de plus en plus fragilisés et de moins en moins autonomes, de compenser la suppression de lits liée aux réorganisations de l’hôpital et enfin d’éviter la dispersion de ces personnes et leur immobilisation en dehors de toute prise en charge médicale gériatrique.
L’équipe de l’unité comprend un praticien hospitalier, un assistant-attaché, un interne, une assistante sociale et une secrétaire, ainsi qu’une équipe paramédicale composée d’infirmiers diplômés d’État, d’aides-soignants et d’agents de service hospitalier.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.