Purpan et Rangueil : Les grands travaux de la décennie

Quatre grands chantiers vont transformer en profondeur le visage du CHU : la construction d'un bâtiment central à Purpan, d'un pôle de long et moyen séjours à Ancely. Sur le site de Rangueil, le regroupement des blocs opératoires-réanimation s'inscrit dans le cadre du pôle oncologique de Langlade. Quant au nouveau bâtiment pour la médecine physique et réadaptation, il vient juste d'être inauguré. Les nouvelles constructions satisfont aux impératifs de mutualisation des moyens en cohérence avec la gestion par pôles, d'adaptation aux besoins futurs et d'intégration des activités des soins, d'enseignement et de recherche. Le plateau technique mutualisé est au coeur des grands projets de même que le principe de non-miroir qui sous-tend la réorganisation ; chaque pôle clinique devant désormais être unique. Les concepteurs doivent aussi intégrer deux contraintes majeures : la capacité de financement et la configuration actuelle des sites, des bâtiments et des équipements.

Quatre grands chantiers vont transformer en profondeur le visage du CHU : la construction d’un bâtiment central à Purpan, d’un pôle de long et moyen séjours à Ancely. Sur le site de Rangueil, le regroupement des blocs opératoires-réanimation s’inscrit dans le cadre du pôle oncologique de Langlade. Quant au nouveau bâtiment pour la médecine physique et réadaptation, il vient juste d’être inauguré.
Les nouvelles constructions satisfont aux impératifs de mutualisation des moyens en cohérence avec la gestion par pôles, d’adaptation aux besoins futurs et d’intégration des activités des soins, d’enseignement et de recherche. Le plateau technique mutualisé est au coeur des grands projets de même que le principe de non-miroir qui sous-tend la réorganisation ; chaque pôle clinique devant désormais être unique. Les concepteurs doivent aussi intégrer deux contraintes majeures : la capacité de financement et la configuration actuelle des sites, des bâtiments et des équipements.

Ancely, en 2008 : le long et le moyen séjours de gériatrie : visite guidée par Anne-Maire Capy-Durou, Programmation architecturale
Un bâtiment de 180 lits destiné à accueillir les personnes âgées va être construit sur le site d’Ancely. Le projet est actuellement en phase d’étude. Les travaux débuteront mi-2006 pour s’achever au printemps 2008. Fin mars dernier, à l’issue du concours de maîtrise d’oeuvre, l’équipe BDM (Bouey, Digneaux, Maurice & associés) de Bordeaux a été retenue.
Situé à mi-distance de l’hôpital Purpan et du pavillon Junot à Casselardit, il permettra le transfert des activités de long séjour de l’hôpital La Grave (160 lits), et de moyen séjour (20 lits) de l’hôpital Purpan.
Le regroupement du pôle de gériatrie va permettre de moderniser l’offre de soins.
Ce nouveau bâtiment dotera le CHU d’un équipement moderne et performant, qui offre une amélioration des conditions de vie et d’hébergement aux patients et permet de développer des réponses adaptées à leurs besoins, tout en optimisant les conditions de travail dans un secteur généralement reconnu comme difficile.
Sa localisation, outre la proximité d’autres établissements hospitaliers, offre plusieurs avantages : proximité du centre ville facilitant l’accès pour les familles (bus et bientôt tramway ligne E), quartier qui favorise les sorties des résidents, espaces verts et paysage naturel en bordure de la Garonne.
Cet ensemble de 12 000 m2 se compose d’un corps de bâtiment de quatre niveaux pour les unités traditionnelles de long et moyen séjours, et d’un sous-sol pour la logistique et le parking ; il intègre également une unité spécialisée indépendante, en rez-de-chaussée ouvert sur une cour adaptée aux patients déambulants, agités, atteints de la maladie d’Alzheimer ou de démence sénile.
À chaque niveau, les unités de vingt lits (chambres seules avec salle d’eau) se répartissent de part et d’autre d’une partie commune où sont situés les locaux de soins et de logistique, et s’organisent autour de deux grands patios paysagés accessibles en fauteuil gériatrique.
Les salons et leurs loggias avec vue sur la Garonne, les salles à manger sur les patios intérieurs, les espaces d’accueil et d’animation de plain pied avec le parc offrent aux résidents des centres d’intérêts variés et sans cesse renouvelés au rythme des saisons. Chaque patient, quel que soit son degré de dépendance, pourra accéder quotidiennement et en toute sécurité à des espaces différenciés qui maintiennent les sens en éveil et favorisent les relations sociales. Un parc extérieur sécurisé et arboré invitera à la promenade.
Une grande salle de restauration permettra aux agents de prendre leurs repas selon des modalités adaptées à leur choix. Un parking est prévu de 150 places couvertes en sous-sol et de 40 places extérieures.
Le programme a été élaboré en concertation avec l’ensemble des utilisateurs. Ce projet, qui répond aux normes de Haute qualité environnementale, vise l’amélioration du confort visuel, acoustique, et hygrothermique quelles que soient les conditions climatiques, même jusqu’à un niveau caniculaire.

Le bâtiment central de Purpan : une reconfiguration majeure
Destiné à accueillir le futur plateau technique mutualisé et le regroupement de trois pôles cliniques  l’Institut locomoteur, les neurosciences et le pole céphalique  le « BCP », selon son nom de code, est conçu comme un projet évolutif, ménageant des possibilités d’extension et de déclinaison dans un avenir à long terme, c’est-à-dire l’arrimage d’autres pôles cliniques.
Environ deux mille membres du personnel du CHU sont concernés par ce projet. Patrice Lecomte, coordonnateur du programme du futur bâtiment central de Purpan l’indique d’emblée : « Jusqu’à présent, nous avons mené à bien, avec l’aide d’un cabinet extérieur, un pré-programme que nous avons soumis aux utilisateurs. Pour le recueil des nouveaux besoins, nous avons travaillé avec les cadres. À la rentrée 2005, le lauréat du concours sur esquisse sera désigné. Nous allons, dès lors, entrer dans une phase beaucoup plus proche du terrain avec la mise au point de l’esquisse. Les utilisateurs vont s’exprimer au sein de groupes dont la constitution a été validée par la Direction générale. C’est désormais local par local que la demande va être précisée. »
Dans l’environnement pavillonnaire de Purpan, la notion de regroupement prend tout son sens. « Mais c’est avant tout un changement de culture, précise Patrice Lecomte. Il s’agit de rapprocher des disciplines afin de susciter de nouvelles synergies et d’anticiper de nouveaux modes d’organisation. »
La configuration du programme vise également à rendre plus actifs et efficaces les échanges entre Purpan haut et bas ; de même, la proximité du pavillon des Urgences et Réanimations a été privilégiée dans la localisation du pôle ILM au sein du BCP.
Aboutir à une meilleure cohérence et une plus grande efficacité par le regroupement des neurosciences et la création d’un trauma Center à Purpan ne va pas, en effet, sans poser des problèmes propres à la configuration du CHU : « Rangueil aura aussi besoin d’avoir recours à ces spécialités. Nous devons mener une réflexion importante sur l’organisation et la coopération entre services. »
Le début des travaux interviendra dans les premiers mois de 2007 et la mise en service pourra intervenir de 2009 à 2011. « Cela paraît lointain, reconnaît Patrice Lecomte, mais le délai est court si l’on considère l’ampleur de la tâche. Nous devons essayer de nous projeter dans cette nouvelle organisation, nous devons prévoir et gérer cette mutation. Les changements sont multiples, et d’autant plus difficiles à conduire que notre environnement est évolutif, avec notamment les nouvelles règles de tarification, le cadre de la nouvelle gouvernance& » De nouveaux logiciels permettront d’optimiser cette gestion, qu’il conviendra d’intégrer aux pratiques courantes.
Avant la réalisation du projet d’ensemble, une hélistation de deux aires de stationnement des hélicoptères sera réalisée près du pavillon Baudot et le Samu sera transféré dans de nouveaux locaux.
Cette opération, inscrite au plan pluriannuel d’investissements (PPI), est la plus importante en masse financière depuis la construction de Rangueil. Elle entraînera des perturbations dues au chantier pendant des mois, aspect également pris en compte dans la coordination du projet, tout comme celui de l’impact sur les espaces de stationnement.

Le bâtiment central de Purpan en chiffres
-575 lits et places
– 27 blocs opératoires
– 76 000 m2
– Coût : 220,4 millions d’euros

Le futur bâtiment des blocs opératoires H3 de Rangueil
Le grand chantier qui occupera Rangueil jusqu’à la fin de la décennie pratiquement, c’est le futur plateau technique, dont la coordination a été confiée à Dominique Michez. Ce dossier n’est pas dissociable du déploiement d’activités du CHU à Langlade, dans le cadre du Pôle régional de cancérologie.
Le bâtiment des blocs opératoires de l’aile H2 (BOH2) s’avère trop vétuste pour une restructuration. D’où le projet de regrouper les blocs opératoires (vingt salles) ainsi que la réanimation (vingt-six lits, dont six de post-réanimation, ainsi que six lits de soins intensifs pour les grands brûlés) dans un nouveau bâtiment qui sera construit devant l’entrée de Rangueil, face aux urgences.
Quatre groupes de travail affinent le projet. Le programme d’étude est en cours, l’ordre de service interviendra au premier semestre 2007 et marquera le début des travaux prévus pour durer dix-huit mois.
Cette mesure est un préalable au regroupement du pôle digestif sur Rangueil dont l’étude de l’implantation des services cliniques le bâtiment H2 devrait suivre un calendrier analogue.
Une consultation est actuellement en cours pour aménager les locaux de Rangueil susceptibles d’accueillir l’accélérateur de particules nécessaire au fonctionnement de la future radiochirurgie stéréotaxique (irradiation très précise d’une tumeur cérébrale par rayonnements de haute énergie).
Ce dernier projet ouvre explicitement sur le quatrième volet de ces « grands travaux », à savoir la participation du CHU au site toulousain du Cancéropôle à Langlade.

Rangueil : un nouveau bâtiment pour la médecine physique et réadaptation
Le « bâtiment industrialisé modulaire » (BIM), destiné à accueillir vingt-sept lits de médecine physique et réadaptation et quatre places d’hospitalisation de jour, a été livré en juillet 2005 début juillet. Le service conserve son plateau technique qui reste sur le même niveau, à proximité immédiate des locaux d’hospitalisation.
La restructuration des anciens locaux permettra d’ouvrir l’Unité d’hospitalisation sécurisée interrégionale, commune à Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon. « Il s’agit d’une grosse opération d’un montant de 5 millions d’euros, confie Patrice Lecomte. Trois acteurs principaux sont concernés : l’administration pénitentiaire, la police et le CHU. L’accueil des détenus est une problématique complexe qui va bouleverser nos pratiques de soins et exiger de gros efforts de programmation et de coopération avec les gardiens et les services de police. Ce dispositif devrait offrir des conditions de prise en charge plus satisfaisantes et plus sécurisées que celles actuellement pratiquées. »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.