Qualité : Améliorer le séjour des prématurés et des personnes âgées

Le prix qualité du CHU de Montpellier récompense les équipes qui engagent une action pour optimiser la qualité des soins, de l'accueil et du confort du patient. Cette année les âges extrêmes de la vie sont concernés avec deux 1er prix ex aequo : le programme NICAP « Soins individualisés centrés sur la famille et le soutien du développement neuro-comportemental des grands prématurés » et l'évaluation systématique de la douleur chez les personnes âgées. Ces projets ont reçu un crédit de 38 000 euros chacun.

Le prix qualité du CHU de Montpellier récompense les équipes qui engagent une action pour optimiser la qualité des soins, de l’accueil et du confort du patient. Cette année les âges extrêmes de la vie sont concernés avec deux 1er prix ex aequo : le programme NICAP « Soins individualisés centrés sur la famille et le soutien du développement neuro-comportemental des grands prématurés » et l’évaluation systématique de la douleur chez les personnes âgées. Ces projets ont reçu un crédit de 38 000 euros chacun.

Le programme Nidcap présenté par le Pr Cambonie et Madame Chillault porté par le Pr Cambonie et Mme Chillault
Devant l’évolution technique des réanimations d’enfants nés de plus en plus tôt, le service de néonatalogie du CHRU de Montpellier a choisi le programme Nidcap depuis décembre 2007 pour augmenter la qualité des soins, et améliorer le pronostic neuro-développemental des prématurissimes. C’est un programme de soutien du développement de l’enfant prématuré à l’aide d’observations du comportement, de l’édition de recommandations précises et d’une participation parentale active, associées à la mise en place de soins individualisés.
L’implantation du Nidcap, commencée en 2001, s’apparente à un programme qualité avec une analyse objective de la situation de départ en terme de qualité de l’environnement et de soins, régulièrement mise à jour, ainsi que l’utilisation de grilles d’observation scientifiquement validées. Ces indicateurs de suivi ont permis de constater la progression dans la qualité des soins, ceci grâce à l’investissement des équipes : médicales, paramédicales, de l’administration hospitalière et de la formation continue.
Ce travail, initié au CHU de Brest, a nécessité une réflexion collégiale de dimension régionale ; cette avancée a vocation à être reprise dans les autres régions françaises.

La Douleur du sujet âgé : la repérer, l’évaluer pour mieux la prendre en charge démarché engagée par le Dr Léglise du Pôle Naissance et Pathologie de la femme Mme Vercruysse
La prise en charge de la douleur, priorité nationale de santé publique constitue depuis l’année 2000 l’un des axes prioritaires du projet médical du pôle de gérontologie. Les 3 objectifs actuels sont l’évaluation systématique de la douleur à l’entrée, la traçabilité de l’évaluation et la traçabilité du traitement. Sous l’égide d’un praticien gériatre algologue, un groupe pluri professionnel d’une vingtaine de soignants volontaires a été constitué. Il a permis la réalisation de démarches qualité sur la prévention et l’évaluation systématique de la douleur du sujet âgé hospitalisé au travers notamment de formations, d’informations, d’enquêtes annuelles, de films, de posters
Un algorithme décisionnel intégrant 3 échelles d’évaluation et un outil de traçabilité ont été réalisés et mis en place dans toutes les unités de gériatrie sous la responsabilité des binômes référents dans l’objectif de systématiser l’évaluation et la ré-évaluation de la douleur. Cette nouvelle pratique, mise en place depuis avril 2008, fait l’objet d’un suivi quantitatif et qualitatif régulier. Les résultats montrent une amélioration des pratiques.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.