Qualité de vie du malade et de sa famille

Maladies chroniques, comment mieux vivre au quotidien ? La Journée de la Santé organisée conjointement avec le Comité départemental d'Education pour la Santé, la Mairie de Nice, le CHU de Nice se tiendra Samedi 26 novembre 2005, au Centre Universitaire Méditerranéen, 65 promenade des Anglais à Nice.

Maladies chroniques, comment mieux vivre au quotidien ?
La Journée de la Santé organisée conjointement avec le Comité départemental d’Education pour la Santé, la Mairie de Nice, le CHU de Nice se tiendra Samedi 26 novembre 2005, au Centre Universitaire Méditerranéen, 65 promenade des Anglais à Nice.

La qualité de vie, les définitions.
Selon l’OMS : « La perception qu’a un individu de sa place dans l’existence dans le contexte de la culture et du système de valeurs dans lesquels il vit, en relation avec ses objectifs, ses attentes, ses normes et ses inquiétudes ». Plus simplement, on peut dire qu’elle correspond à l’ensemble des satisfactions ou insatisfactions éprouvées par un sujet à propos de sa vie en général.

La qualité de vie dépend évidemment de facteurs très divers : santé (physique, psychologique), environnement, ressources économiques, éducation… Au cours de cette Journée consacrée aux maladies chroniques, il sera évoqué la « Qualité de vie liée à la santé ».

Il s’agit là d’une façon nouvelle d’aborder la maladie qui ne prend pas seulement en compte le point de vue du professionnel mais aussi celui du patient qui en fait l’expérience. Malgré le caractère très subjectif de ce concept, il est intéressant de la mesurer pour suivre l’évolution naturelle de la maladie, apprécier sa gravité et son retentissement, évaluer l’utilité des thérapeutiques (et éventuellement en changer).

Améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques constitue l’un des thèmes retenus dans le cadre des Plans stratégiques de la Loi de Santé Publique d’août 2004. Les maladies chroniques, dont la fréquence augmente, notamment du fait du vieillissement de la population et des progrès scientifiques, constituent en effet un enjeu de société. Elles déterminent de manière générale une dégradation de la Qualité de vie liée à la santé du malade (mais aussi de l’entourage) mais leur retentissement dépend aussi de facteurs personnels (facteurs socio démographiques, comportement, style de vie, autres maladies?) et environnementaux (notamment le support social).

Il importe de ne plus s’intéresser uniquement au prolongement de la vie mais aussi à la qualité de cette survie. On dépasse donc le champ de la médecine curative pour réaliser une approche plus globale de la prise en charge de la personne malade, intégrant notamment les actions de prévention et d’éducation pour la santé.

La qualité de la relation soignant/soigné est évidemment essentielle. Le rôle des malades et des Associations est primordial pour identifier les besoins et les pistes d’amélioration des dispositifs de prise en charge.

Programme
A partir de 9 h : Les cancers, les maladies rhumatismales, les maladies de la peau, les maladies neurologiques.

A partir de 14 h : Le diabète, les maladies psychiques, les maladies infectieuses, les maladies chroniques de l’enfant.

Il s’agit d’une journée interactive grand public, avec dans chaque domaine des exposés des acteurs de santé, des témoignages des associations de malades, des échanges avec la salle.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.