Quand la recherche guadeloupéenne devient Caribéenne

En matière de santé publique, les Antilles Guyane partagent les mêmes spécificités : pathologies communes comme la drépanocytose, priorités sanitaires identiques (paludisme, dengue, fièvre jaune) et diversité ethnique des populations. Ces similitudes impliquent une organisation de la recherche à l'échelle des territoires ultramarins. Deux structures donnent corps à cette démarche fédératrice : le Centre d'investigation clinique et d'épidémiologie clinique et la plateforme de biologie moléculaire/ centre de ressources biologiques. Une première étape a été franchie en 2006 avec la labellisation du Centre de référence caribéen de la drépanocytose « Guy Mérault» du CHU de Pointe-à-Pitre/Abymes et de ses services référents du Centre Hospitalier de la Basse-Terre et du entre Hospitalier du Lamentin (Martinique).

En matière de santé publique, les Antilles Guyane partagent les mêmes spécificités : pathologies communes comme la drépanocytose, priorités sanitaires identiques (paludisme, dengue, fièvre jaune) et diversité ethnique des populations. Ces similitudes impliquent une organisation de la recherche à l’échelle des territoires ultramarins. Deux structures donnent corps à cette démarche fédératrice : le Centre d’investigation clinique et d’épidémiologie clinique et la plateforme de biologie moléculaire/ centre de ressources biologiques. Une première étape a été franchie en 2006 avec la labellisation du Centre de référence caribéen de la drépanocytose « Guy Mérault» du CHU de Pointe-à-Pitre/Abymes et de ses services référents du Centre Hospitalier de la Basse-Terre et du entre Hospitalier du Lamentin (Martinique).

Le Centre d’investigation clinique et d’épidémiologie clinique (CIC-EC)
Structure de construction et d’échange de savoir scientifique, le centre assure le pilotage des études des pathologies tropicales, des programmes de recherche et forme à la recherche clinique. Objectif : améliorer la santé de la population antillo-guyanaise dans le respect fondamental de la personnalité et de l’intégrité de chaque individu.
Le centre est ouvert aux investigateurs de toute origine institutionnelle et aux industriels souhaitant conduire des travaux sur l’homme sain ou malade. Il met à disposition un plateau technique qui comprend notamment une plateforme de biologie moléculaire. Ce service, en cours de construction, sera opérationnel début 2009. Grâce à cet équipement les équipes pourront étudier le fonctionnement du vivant à une échelle moléculaire et conserver les échantillons biologiques.

La filière de prise en charge de la drépanocytose
La drépanocytose est la maladie génétique la plus fréquente en Guadeloupe et Martinique avec 12%¨des nouveau-nés porteurs d’une anomalie de l’hémoglobine, 9,7% porteurs du trait drépanocytaire et un nouveau-né sur 260 atteint de la maladie.* L’anomalie de l’hémoglobine entraîne l’occlusion des vaisseaux des membres et des extrémités (pieds, mains). Elle est responsable de douleurs parfois sévères ; le membre concerné peut être chaud, gonflé, sa mobilisation peut devenir douloureuse. L’occlusion des vaisseaux nourrissant la rate est très précoce. Celle-ci perd sa fonction de défense anti-bactérienne. Les enfants drépanocytaires sont très vulnérables à certaines infections. Maximal chez les moins de 3 ans, le risque diminue mais perdure toute la vie. Les infections les plus fréquentes sont pulmonaires, mais des infections osseuses sont aussi possibles.

Coordonné par le Dr Maryse Etienne-Julan, le centre caribéen de la drépanocytose « Guy Mérault » a élaboré des programmes communautaires de prise en charge selon les recommandations de l’OMS. De nombreux partenaires sont associés à la démarche : l’Inserm, les collectivités territoriales et la caisse générale de sécurité sociale de la Guadeloupe. La Caraïbe est également concernée.

Aujourd’hui l’optimisation de ces programmes demeure un axe majeur de travail car il est possible non pas de guérir mais d’améliorer la qualité et l’espérance de vie des personnes atteintes.

*Monplaisir 1984

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.