Quand l’AP-HP ouvre ses vestiaires

L'AP-HP ouvre ses vestiaires pour révéler l'histoire du vêtement à l'hôpital du 19ème au 21ème siècle. «Sous toutes les coutures», l’exposition itinérante du Musée de l'AP-HP fera halte au Service central des Blanchisseries, du 9 au 27 octobre - Hôpital Pitié-Salpêtrière, 47/83, boulevard de l’Hôpital , 75013 Paris.

L’AP-HP ouvre ses  vestiaires pour révéler l’histoire du vêtement à l’hôpital du 19ème au 21ème siècle «Sous toutes les coutures», l’exposition itinérante du Musée de l’AP-HP fera halte au Service central des Blanchisseries, du 9 au 27 octobre – Hôpital Pitié-Salpêtrière, 47/83, boulevard de l’Hôpital , 75013 Paris.
Tour à tour signe de reconnaissance, passerelle ou armure, la tenue professionnelle identifie et distingue les différents corps de métiers. D’où vient l’uniforme ? Comment s’est-il affirmé, décliné, adapté, transformé ? Est-ce une affaire de mode ou de représentations  professionnelles ? Les collections réunies au Musée de l’AP-HP mettent en perspective les pratiques institutionnelles. Ainsi les blouses blanches qui font rêver et habitent nos imaginaires n’ont pas toujours régné en maître entre les murs de l’hôpital. Parallèlement, les formes et les textures ne sont pas neutres et répondent à des critères multiples : hygiène, fonctionnalité, économie, confort.
Après une courte introduction, le visiteur découvrira 4 modules caractéristiques du « style hospitalier », reliés entre eux par 3 articulations originales et ludiques.
Noir, signe d’une « haute tenue morale » : Au moment de la naissance de la nouvelle grande administration hospitalière (1801), dignité et respectabilité sont à l’ordre du jour : la question de l’uniforme est posée. Et très vite, le noir s’impose à ses représentants.
Cousu de fil blanc : A partir de la fin du 19e siècle, à l’heure du pasteurisme, le monde hospitalier
se convertit au blanc. Histoire d’une mutation majeure pour l’image de l’hôpital.
Des goûts et des couleurs : Regards sur les 30 dernières années, riches en bouleversements, avec l’explosion des couleurs et le développement des tissus synthétiques.
La couleur de nos rêves : Et si tout était à réinventer ? Quelques grands couturiers ont ouvert la voie, libérant de nouveaux imaginaires. Attention : l’hôpital se prépare à changer d’image…
Les articulations
En coulisses… Où l’on se plonge dans la grande alchimie à laquelle se livrent les blanchisseries jour après jour, pour assurer la métamorphose du linge.
La passion du détail Où l’on découvre que rien ne saurait être laissé au hasard à l’hôpital, en matière de code vestimentaire… de la tête aux pieds !
“Photo-portrait” Où chacun est invité à se faire tirer le portrait en habit d’infirmière d’autrefois. Souvenirs, souvenirs
Cette édition s’inscrit dans la nouvelle politique exclusivement “hors les murs”, développée par le musée jusqu’à sa relocalisation à l’Hôtel-Dieu. La présence de l’histoire, connectée au présent, reste ainsi vivante auprès des acteurs de santé : professionnels, usagers, étudiants et élèves, bénévoles, partenaires.
De septembre 2012 à mars 2014, l’exposition voyagera au sein des hôpitaux de l’AP-HP et dans les établissement ayant signé une convention de location.
Pour en savoir plus contacter
Aurélie Prévost
Responsable de la politique des publics et de la communication du musée
Musée de l’AP-HP
Adresse administrative : 10 rue des Fossés Saint-Marcel (bureau 408)
75005 – Paris
01 40 27 19 61 ; aurelie.prevost@sap.aphp.fr
www.aphp.fr, pages Musée / Expositions

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.