Quand le CHR d’Orléans réanime la clinique de Gien

Inhabituel dans le paysage hospitalier français, le sauvetage d'une clinique par un hôpital mérite d'être salué. A Gien, le soutien exceptionnel apporté par le Centre hospitalier régional d'Orléans permet de conserver l’activité médicale et celle du bloc opératoire de la clinique Jeanne d'Arc. Ainsi, à partir du 1er décembre 2019, les habitants du Giennois disposeront à nouveau d'une offre de proximité en chirurgie, gastro-entérologie et en chimiothérapie.
Inhabituel dans le paysage hospitalier français, le sauvetage d’une clinique par un hôpital mérite d’être salué. A Gien, le soutien exceptionnel apporté par le Centre hospitalier régional d’Orléans permet de conserver l’activité médicale et celle du bloc opératoire de la clinique Jeanne d’Arc. Ainsi, à partir du 1er décembre 2019, les habitants du Giennois disposeront à nouveau d’une offre de proximité en chirurgie, gastro-entérologie et en chimiothérapie.
Les consultations et interventions seront assurées par le CHR d’Orléans en partenariat avec le CH de Gien dans le cadre du groupement hospitalier de territoire du Loiret.  Une organisation graduée de l’offre de soins est mise en place, Orléans assurant les soins de recours.
De la même manière, l’activité de maternité du centre hospitalier de Gien va aussi être confortée avec le maintien du bloc opératoire, indispensable en cas de césariennes.
La clinique devient le site Jeanne d’Arc de Gien – CHR d’Orléans
Cette reprise a été rendue possible grâce à l’action conjuguée du CHR d’Orléans, du Groupe Ramsay-Santé, de l’ARS Centre-Val de Loire, des médecins de la clinique et du Comité social et économique de la clinique. L’accord a permis de conserver les personnels nécessaires au transfert et à la reprise effective du fonctionnement du bloc opératoire.
Les équipes du CHR vont accompagner les personnels et les médecins du site de Gien afin de garantir la qualité et la sécurité des soins ainsi que les conditions de travail des personnels. L’organisation des services restera inchangée. Si, à terme, des adaptations s’avèrent nécessaires, celles-ci seront décidées en concertation avec les médecins et les équipes, puis soumises aux instances de l’établissement conformément à la réglementation.
Ce projet collectif sera prochainement présenté aux professionnels de santé libéraux du Giennois et à la communauté professionnelle territoriale de santé.
Sur le même sujet
GHT du Loiret : le CHR d’Orléans en soutien à la clinique de Gien en grande difficulté

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures prêt, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.