Quand le sport automobile finance la lutte contre le cancer poitevine

Pour la grande cause du cancer, l’association Sport et collection convie les amateurs de belles cylindrées sur le circuit du Val de Vienne, les vendredi 31 mai, samedi 1er et dimanche 2 juin 2013. Entrée, baptêmes de piste en Ferrari, démonstrations de Formules 1, rallyes, parades de voitures de légende… Depuis 18 ans ces animations attirent un public familial et de passionnés. En 2012, la participation de 15 000 fans a permis de recueillir 240 000 euros*. Cette somme, remise au CHU de Poitiers, a financé l’acquisition d’un NanoKnife. Un équipement d’exception

Pour la grande cause du cancer, l’association Sport et collection convie les amateurs de belles cylindrées sur le circuit du Val de Vienne, les vendredi 31 mai, samedi 1er et dimanche 2 juin 2013. Entrée, baptêmes de piste en Ferrari, démonstrations de Formules 1, rallyes, parades de voitures de légende… Depuis 18 ans ces animations attirent un public familial et de passionnés. En 2012, la participation de 15 000 fans a permis de recueillir 240 000 euros*. Cette somme, remise au CHU de Poitiers, a financé l’acquisition d’un NanoKnife. Un équipement d’exception utilisé depuis janvier 2013 par les équipes des professeur Jean-Pierre Tasu du service de radiologie et les professeurs Michel Carretier et Jean-Pierre Faure du service de chirurgie viscérale pour traiter certaines tumeurs cancéreuses du foie et du pancréas. Une avancée pour les patients et une première en France.
Le Nanoknife utilise l’électroporation : une nouvelle approche basée sur la création d’un champ électrique
L’électroportation crée un courant électrique qui circule entre des électrodes entourant la tumeur  qui l’ouverture de trous dans la membrane cellulaire à l’origine de sa destruction. Son principal atout  : elle respecte les structures nobles (artères, veines, nerfs…), un plus par rapport aux méthodes de destruction des tumeurs par la chaleur ou le froid que sont la radiofréquence et la cryoablation.  Moins agressives que la chirurgie classique, ces techniques présentent cependant un certain nombre de limites selon le volume et le nombre de tumeurs ou à cause des « effets collatéraux » générés : le froid ou le chaud détruisent non seulement les cellules cancéreuses mais aussi des structures nobles comme les vaisseaux ou les nerfs et, de façon plus générale, n’importe quelle structure anatomique normale trop proche de la zone de traitement ce qui risque d’entraîner d’importantes séquelles.
Aussi, quand la chirurgie ou les méthodes de thermoablation ne peuvent être retenues, l’électroporation présente une alternative avantageuse. Ce traitement est effectué soit par voie chirurgicale (ouverture de l’abdomen dans le cas des tumeurs digestives par exemple), soit par voie percutanée sous contrôle radiologique (sans ouverture).
Seulement 15 équipes au monde utilisent ce procédé avec de premiers résultats prometteurs. Un projet a été proposé par le professeur Jean-PierreTasu du service de radiologie et les professeurs Michel Carretier et Jean-Pierre Faure du service de chirurgie viscérale du CHU de Poitiers, visant l’acquisition de cette technologie pour traiter dans un premier temps certaines tumeurs cancéreuses du foie et du pancréas. Par la suite le Nanoknife  pourra s’appliquer au traitement d’autres tumeurs, du rein, de la prostate et du poumon. Des protocoles de recherche prouvant l’efficacité de l’électroporation  par rapport aux traitements de référence vont être lancés. Cet équipement s’inscrit dans le cadre du projet de développement du pôle régional de cancérologie et de la mise en œuvre au CHU de nouvelles techniques de recours, notamment en imagerie.
En 2013, les projets qui bénéficieront des financements de Sport et collection ont déjà été sélectionnés
Pour les financements au titre de l’année 2013, le conseil scientifique Sport et Collection, présidé par le Pr Norbert Ifrah, président de la commission médicale du CHU d’Angers, a retenu et classé dans l’ordre suivant les équipes ayant déposé un dossier dans le cadre de l’appel à projets :
1. Le projet du docteur Lucie Karayan, concernant la médecine personnalisée dans le cancer avec l’apport de la nouvelle génération de séquençage dans la recherche de cibles thérapeutiques (demande d’aide en équipement de 125 000 euros pour un automate de séquençage à haut débit) ;
2. Le financement du personnel de recherche clinique destiné à travailler sur des protocoles de recherche clinique académiques en oncologie (professeur Jean-Marc Tourani) et en hématologie pédiatrique (docteur Frédéric Millot) pour un montant de 40 000 euros ;
3. Une aide à l’installation pour André Herbelin, directeur de recherche INSERM, arrivé en janvier à Poitiers et qui mène un travail de recherche sur la thématique de l’immunité dans la leucémie myéloïde chronique (demande d’aide pour du matériel de laboratoire) ;
4. Le projet des docteurs Lydia Roy et Nicolas Bourmeyster qui mènent une recherche sur les nouveaux mécanismes de persistance des cellules souches leucémiques, dans les leucémies sous traitement par inhibiteur de tyrosine kinase (demande d’aide pour des consommables et pour l’accès à une plateforme de protéomique) ;
5. Le projet du docteur Jonathan Clarhaut ayant comme thématique l’étude de la vectorisation de nouveaux agents anticancéreux (financement d’une année de thèse pour un montant de 30 000 euros).

*Les dons cumulés depuis la première édition de 1995 de Sport et collection s’élèvent à 2 540 000 €. Objectif : atteindre 3 000 000 € pour le 20ème anniversaire en 2014.
Pour tout renseignement
Association Sport et Collection : tél : 05 49 39 34 25 – courriel : sport.et.collection@free.fr
site internet : www.sportetcollection.info

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.