Quand malades, médecins et chercheurs avancent ensemble : l’Institut du Mouvement et de l’appareil Locomoteur (IML)

Projet phare des hôpitaux Sud, l’Institut du Mouvement et de l’appareil Locomoteur (IML), coordonné par le Pr Jean-Noël Argenson, réunit sur 9 000 m² des services médicaux hospitalo-universitaires spécialisés en chirurgie orthopédique, chirurgie de la main, rhumatologie, centre de chirurgie de l’arthrose et médecine du sport. Dans cette unité, les patients auront aussi accès aux appareils d’imagerie médicale de dernière génération. Ils pourront aussi bénéficier des innovations diagnostiques et thérapeutiques pour traiter l’arthrose, les rhumatismes inflammatoires, de l’ostéoporose et les pathologies du sportif grâce aux laboratoires de recherche labellisés par l’université, l’INSERM et le CNRS. De par sa dimension et son organisation centrée autour des pathologies du mouvement, du diagnostic jusqu'à la rééducation, cette structure est sans équivalent en France.

Projet phare des hôpitaux Sud, l’Institut du Mouvement et de l’appareil Locomoteur (IML), coordonné par le Pr Jean-Noël Argenson, réunit sur 9 000 m² des services médicaux hospitalo-universitaires spécialisés en chirurgie orthopédique, chirurgie de la main, rhumatologie, centre de chirurgie de l’arthrose et médecine du sport. Dans cette unité, les patients auront aussi accès aux appareils d’imagerie médicale de dernière génération. Ils pourront aussi bénéficier  des innovations diagnostiques et thérapeutiques pour traiter l’arthrose, les rhumatismes inflammatoires, de l’ostéoporose et les pathologies du sportif grâce aux laboratoires de recherche labellisés par l’université, l’INSERM et le CNRS. De par sa dimension et son organisation centrée autour  des pathologies du mouvement, du diagnostic jusqu’à la rééducation, cette structure est sans équivalent en France.

L’institut, développé dans le cadre de la reconfiguration des hôpitaux Sud entamée en septembre 2010, répond à un réel besoin de santé publique, généré notamment par le vieillissement de la population et le développement des maladies chroniques.

Des liens étroits avec la filière de soins de suite et de réadaptation

L’institut du mouvement et de l’appareil locomoteur (IML) est également lié au pôle de médecine physique et de réadaptation et à la filière de soins de suite et de réadaptation développée dans le cadre d’un partenariat public/privé. D’ici 2013, ce projet unique en France permettra d’ouvrir 280 lits de soins de suite et de réadaptation sur le site avec l’implantation de l’Union générale des caisses d’assurance maladie (UGECAM), du centre gérontologique départemental de Montolivet, le Centre Valmante et des cliniques La Phocéanne et Saint-Martin.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.