Quand malades, médecins et chercheurs avancent ensemble : l’Institut du Mouvement et de l’appareil Locomoteur (IML)

Projet phare des hôpitaux Sud, l’Institut du Mouvement et de l’appareil Locomoteur (IML), coordonné par le Pr Jean-Noël Argenson, réunit sur 9 000 m² des services médicaux hospitalo-universitaires spécialisés en chirurgie orthopédique, chirurgie de la main, rhumatologie, centre de chirurgie de l’arthrose et médecine du sport. Dans cette unité, les patients auront aussi accès aux appareils d’imagerie médicale de dernière génération. Ils pourront aussi bénéficier des innovations diagnostiques et thérapeutiques pour traiter l’arthrose, les rhumatismes inflammatoires, de l’ostéoporose et les pathologies du sportif grâce aux laboratoires de recherche labellisés par l’université, l’INSERM et le CNRS. De par sa dimension et son organisation centrée autour des pathologies du mouvement, du diagnostic jusqu'à la rééducation, cette structure est sans équivalent en France.

Projet phare des hôpitaux Sud, l’Institut du Mouvement et de l’appareil Locomoteur (IML), coordonné par le Pr Jean-Noël Argenson, réunit sur 9 000 m² des services médicaux hospitalo-universitaires spécialisés en chirurgie orthopédique, chirurgie de la main, rhumatologie, centre de chirurgie de l’arthrose et médecine du sport. Dans cette unité, les patients auront aussi accès aux appareils d’imagerie médicale de dernière génération. Ils pourront aussi bénéficier  des innovations diagnostiques et thérapeutiques pour traiter l’arthrose, les rhumatismes inflammatoires, de l’ostéoporose et les pathologies du sportif grâce aux laboratoires de recherche labellisés par l’université, l’INSERM et le CNRS. De par sa dimension et son organisation centrée autour  des pathologies du mouvement, du diagnostic jusqu’à la rééducation, cette structure est sans équivalent en France.

L’institut, développé dans le cadre de la reconfiguration des hôpitaux Sud entamée en septembre 2010, répond à un réel besoin de santé publique, généré notamment par le vieillissement de la population et le développement des maladies chroniques.

Des liens étroits avec la filière de soins de suite et de réadaptation

L’institut du mouvement et de l’appareil locomoteur (IML) est également lié au pôle de médecine physique et de réadaptation et à la filière de soins de suite et de réadaptation développée dans le cadre d’un partenariat public/privé. D’ici 2013, ce projet unique en France permettra d’ouvrir 280 lits de soins de suite et de réadaptation sur le site avec l’implantation de l’Union générale des caisses d’assurance maladie (UGECAM), du centre gérontologique départemental de Montolivet, le Centre Valmante et des cliniques La Phocéanne et Saint-Martin.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Première greffe française de larynx : récit d’une performance lyonnaise

Pour la première fois en France, un larynx a été greffé sur une femme les 2 et 3 septembre dernier. Deux mois et demi après cette opération spectaculaire qui a mobilisé douze chirurgiens issus des Hospices Civils de Lyon et autres CHU français durant vingt-sept heures, le CHU lyonnais communique sur le sujet. Quant à la patiente âgée de 49 ans, elle pourrait retrouver durablement l’usage de la parole vingt ans après l’avoir perdue.

Etudes de Médecine : Romuald Blancard ou l’un des visages de l’ouverture du 2e cycle à la Réunion

Depuis septembre, il fait partie de la première promotion d’étudiants en médecine de quatrième année de La Réunion. Pour Réseau CHU, Romuald Blancard a accepté de nous parler de l’ouverture du deuxième cycle des études médicales sur son île, mais pas seulement. Son parcours atypique, son stage en psychiatrie, ses rêves jamais trop grands etc. ont été abordés dans les locaux du nouveau campus bioclimatique de Sainte-Terre. Sans langue de bois.

Le CHU de La Réunion a pris la vague rose

La seizième édition de la Run Odysséa Réunion s’est tenue les 4 et 5 novembre sur le site de l’Étang-salé, dans l’ouest de la Réunion, et ce malgré une météo capricieuse qui a bien failli compromettre l’opération. 275 000 euros ont été récoltés. Un succès auquel est associé le CHU de la Réunion, partenaire pour la première fois cette année, et dont le baptême de l’eau a été placé sous le signe de la prévention. Reportage.

A Nancy, l’Infiny au service des MICI

En juin 2021, l’Agence nationale de la recherche annonçait le financement de douze nouveaux Instituts hospitalo-universitaires, montant ainsi le nombre d’IHU à dix-neuf avec l’ambition de faire de la France la première nation souveraine en matière de santé à l’échelle européenne. Sur ces douze nouveaux établissements, deux d’entre eux ont obtenu, en raison de “intérêt de santé publique majeur” qu’ils présentaient, le label “IHU émergent ».” C’est notamment le cas de l’IHU INFINY du CHRU de Nancy, officiellement lancé le 7 septembre dernier, et spécialisé dans la prise en charge des MICI.