Quand médecins et cavaliers « prennent à coeur » l’histoire d’Hérinando

Hérinando est un petit enfant malgache de 6 ans qui se bat contre une grave pathologie cardiaque. Arrivé en France pour y être opéré de son coeur, un abcès cérébral lui est découvert. C'est une véritable chaîne de la solidarité initiée par des jeunes médecins du CHU d'Angers et relayée par l'association "les écuries du coeur" qui a permis de le sauver.

Hérinando est un petit enfant malgache de 6 ans qui se bat contre une grave pathologie cardiaque. Arrivé en France pour y être opéré de son coeur, un abcès cérébral lui est découvert. C’est une véritable chaîne de la solidarité initiée par des jeunes médecins du CHU d’Angers et relayée par l’association « les écuries du coeur » qui a permis de le sauver.

Herinando, dit Nondou, a 6 ans, il vit dans une famille modeste à Madagascar. Depuis 3 ans son papa se bat contre la fatalité pour le sauver. Il est atteint d’une grave pathologie cardiaque. En dépit des portes qui se ferment, en dépit du manque d’argent, en dépit de la distance, pendant 3 ans le papa mettra tout en oeuvre pour faire opérer son fils en France.

C’est le 22 août, au prix de sacrifices et de surendettement mais remplis d’espoir, qu’ils arrivent enfin en France.

C’est alors que son papa découvre à quel point la fatalité peut s’acharner sur son petit bonhomme : les médecins nantais lui apprennent qu’Hérinando est également atteint d’un abcès cérébral qu’il faut opérer de toute urgence. Il est alors immédiatement transféré au CHU d’Angers, expert en neurochirurgie pédiatrique où il sera opéré de son abcès.

S’il se remet de son intervention neurochirurgicale, sa pathologie cardiaque s’aggrave de jour en jour. Or à ce stade, le papa est dans la plus absolue incapacité de financer une seconde intervention. Il devra rentrer à Madagascar sans qu’Herinando n’ait bénéficié de l’opération cardiaque.

C’est contre cette fatalité que les jeunes neuropédiatres angevins vont initier une chaîne de solidarité. Il va alors être fait appel aux « Écuries du coeur – Mécénat Chirurgie Cardiaque », association bien connue par le CHU d’Angers. Deux jours plus tard, la chaîne de la solidarité fonctionne.

En effet au-delà de toutes les espérances des praticiens angevins, Bruno Saint-Cast, Président des « Écuries du coeur », annonce à l’équipe que son association va financer, à hauteur de 40 000€, les 2 interventions grâce aux dons collectés sur le concours hippique du Cossé Brissac organisé le week-end même par l’Étrier de Paris.

Ainsi début octobre, Hérinando va pouvoir de nouveau être hospitalisé au CHU de Nantes pour y subir l’intervention de chirurgie cardiaque tant attendue.

Touve repartira avec son pécule : on n’a pas besoin de traîner une telle dette lorsque l’on a la charge d’un petit enfant cardiaque.

Et c’est ainsi qu’un parcours de vie dramatique peut se transformer en une belle histoire de solidarité et de compassion.

C’est cette belle histoire où cavaliers et médecins se retrouvent ensemble au chevet d’un jeune enfant que le papa d’Hérinando a voulu faire partager..

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.